À Thomas Bartholin, le 10 avril 1664, note 3.
Note [3]

V. notes :

  • [2], lettre latine 127, pour le Celse de Johannes Rhodius, repris par Thomas Bartholin mais resté inédit ;

  • [8], lettre latine 289, pour la mort de Johannes Antonides Vander Linden, le 5 mars 1664 à Leyde ; la fièvre continue (ou synoque, v. note [3], lettre latine 104) et le catarrhe suffocant (équivalent de l’œdème pulmonaire moderne) sont compatibles avec le diagnostic de peste foudroyante (avec choc septique, v. note [1], lettre 5).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Thomas Bartholin, le 10 avril 1664, note 3.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1325&cln=3

(Consulté le 17/06/2024)

Licence Creative Commons