À Claude II Belin, le 14 janvier 1651
Note [30]

Jacques d’Étampes, marquis de La Ferté-Imbault (1590-1668), prit le nom de maréchal d’Étampes. Fidèle à la Couronne depuis le début de la Fronde, il appartenait à l’entourage de Monsieur et son rang de nomination causa quelque embarras :

Journal de la Fronde (volume i, fo 349 vo, 6 janvier 1651) :

« Hier, le roi ayant envoyé prier M. le duc d’Orléans d’aller souper avec lui, Son Altesse Royale promit d’y aller ; et ensuite, on lui dit que ce serait dans l’appartement de M. le Cardinal, où elle ne laissa pas de se trouver, ayant déjà promis au roi qui, le voyant arriver, le reçut avec grand accueil et le pria instamment de souffir que M. de Villequier {a} fût nommé maréchal de France devant M. de La Ferté Imbault ; ce que Son Altesse Royale ne put lui refuser, après avoir parlé à celui-ci qui y consentit dans cette conjoncture, d’autant plus qu’on lui avait fait entendre que cette querelle serait cause qu’on n’en ferait {b} qu’à la majorité du roi, auquel temps peut-être sa prétention ne trouverait pas l’appui et la faveur qu’elle trouvait à présent. Ainsi, cette difficulté étant vidée, Sa Majesté nomma les nouveaux maréchaux de France, savoir : M. de Villequier le premier, M. de La Ferté-Imbault le second, M. de La Ferté-Senneterre {c} le troisième et M. d’Hocquincourt {d} le quatrième ; et parce que le comte de Grancey, {e} qui prétend aussi au bâton, ne se voyant pas assez fort pour l’obtenir, était parti d’ici le 31 {f} en poste, faisant semblant d’aller au-devant de Son Éminence, et s’était jeté dans son gouvernement de Gravelines y faire le mécontent, on lui a envoyé un courrier pour lui dire qu’il vînt chercher ici le bâton de maréchal de France, mais on ne sait pas s’il s’y fiera ; et afin qu’il ait moins de sujet d’en faire difficulté, on a envoyé un autre courrier à M. de La Ferté-Senneterre afin qu’il vienne aussi recevoir le sien. »


  1. v. note [1], lettre 248.

  2. D’autres maréchaux.

  3. V. note [16], lettre 198.

  4. V. note [18], lettre 55.

  5. V. note [159], lettre 166.

  6. Décembre 1650.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 14 janvier 1651. Note 30

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0255&cln=30

(Consulté le 20.04.2021)

Licence Creative Commons