À André Falconet, le 11 octobre 1660
Note [31]

« on doit en effet craindre pour lui l’hydropisie ou la cachexie, qui sont deux symptômes de même cause, assurément les rejetons {a} d’une intempérie forte et opiniâtre ; elles diffèrent peu l’une de l’autre et ne sont guère fort éloignées du terme de la vie. » {b}


  1. V. note [5], lettre 700.

  2. Qu’elle fût d’origine cardiaque, hépatique ou rénale, l’hydropisie (v. note [12], lettre 8) invétérée aboutissait à un état de cachexie (phtisie, v. note [3], lettre 66) puis à la mort.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 11 octobre 1660. Note 31

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0642&cln=31

(Consulté le 04.02.2023)

Licence Creative Commons