Autres écrits : Le manuscrit 2007 de la Bibliothèque interuniversitaire de santé (recueil Peÿrilhe), note 34.
Note [34]

« la lumière de mes yeux et le délassement de mes labeurs » (v. note [29], lettre 532).

Pierre Suë se référait à deux passages de la biographie de Guy Patin par Jacques-Albert Hazon (v. supra note [26]).

  • Page 116 :

    « Mais ce qui le rendit célèbre, ce fut la littérature et la bibliographie, qu’il embrassa dans tous les genres. Il avait une bibliothèque composée de dix mille volumes, tant manuscrits qu’imprimés, qu’il appelait Lumen oculorum meorum, et laborum solatium. » {a}

  • Page 118 :

    « Le père malheureux, dépouillé de ses biens, de ses enfants (car Robert mourut en 1670, et Charles était expatrié) {b} et de sa bibliothèque, fut attaqué d’une pleurésie, qui l’emporta en peu de jours, en 1672, âgé de 72 ans et quelques mois ; il fut inhumé à Saint-Germain-l’Auxerrois, avec un grand concours. […] {c} Sa bibliothèque, ses précieux manuscrits, en procès, par l’écrit qu’il avait signé imprudemment, furent vendus et dissipés. » {d}


    1. VLa bibliothèque de Guy Patin et sa dispersion.

    2. V. les Déboires de Carolus et l’Autobiographie de Charles Patin.

    3. V. l’Avis de décès.

    4. VComment le mariage et la mort de Robert Patin ont causé la ruine de Guy.

V. note [5], lettre 108, pour l’avis du P. Louis Jacob de Saint-Charles, qui suit, sur la bibliothèque de Patin.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Le manuscrit 2007 de la Bibliothèque interuniversitaire de santé (recueil Peÿrilhe), note 34.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8128&cln=34

(Consulté le 18/05/2024)

Licence Creative Commons