À Charles Spon, le 22 février 1656
Note [36]

Le marquis de Caracena, gouverneur du Milanais (v. note [17], lettre 419), échangeait sa place avec Fuensaldagne, commandant en chef des armées hispano-flamandes (v. note [6], lettre 320). La permutation ne se limitait pas au commandant en chef (Montglat, Mémoires, page 314) :

« Il y eut changement en Flandre au gouvernement, car l’archiduc Léopold, {a} qui commandait dans les Pays-Bas depuis neuf ans, retourna en Allemagne, et don Juan d’Autriche, {b} fils naturel du roi d’Espagne, passa de Catalogne en Italie et delà, vint dans les Pays-Bas pour lui succéder. Il y eut difficulté à son arrivée pour accorder le rang qu’il tiendrait avec le prince de Condé, qui prétendait le précéder partout, étant premier prince du sang de France, et lui n’étant que bâtard ; mais pour accorder ce différend, l’archiduc le vit devant que de partir et lui donna chez lui la droite ; et ensuite, le prince en usa de même, n’osant refuser de suivre l’exemple d’un fils et frère d’empereur, roi successif de Hongrie. On s’étonnait de la hauteur avec laquelle ce prince vivait dans un pays où il était réfugié ; mais le besoin que les Espagnols avaient de lui augmentait sa fierté, qui était si grande qu’il vécut toujours d’égal avec l’archiduc et eut grande peine à le pouvoir souffrir de don Juan. »


  1. V. note [16], lettre 155.

  2. V. note [26], lettre 487.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 22 février 1656. Note 36

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0433&cln=36

(Consulté le 21.04.2021)

Licence Creative Commons