À Charles Spon, le 4 février 1653, note 4.
Note [4]

V. note [4], lettre 302, pour le De Terminalibus vitæ [Terminalies de la vie] (Aix, 1652) ; l’autre traité était :

De Incorruptione cadaverum, occasione demortui fœminei corporis post aliquot secula incorrupti, nuper refossi Carpentoracti, Iudicium R.P. Theophili Raynaudi Societatis Jesu, Theologi.

[Jugement du R.P. Théophile Raynaud, {a} théologie de la Compagnie de Jésus, sur l’Incorruptibilité des cadavres, à l’occasion du corps d’une femme, intact après quelques siècles, qu’on a récemment déterré à Carpentras]. {b}


  1. V. note [8], lettre 71.
  2. Avignon, Jacques Bramereau, 1645, in‑8o ; Orange, Édouard Raban, 1651, in‑8o ; Avignon, Iacobus Bramereau, 1665, in‑8o de 278 pages : discussion théologique et philosophique sur la préservation naturelle, rare mais possible, des cadavres sans pourrissement ; le point essentiel est que l’âme humaine soit imputrescible.

    La divergence entre le titre du livre et celui qu’il donnait montre que Guy Patin ne connaissait le livre que par ouï-dire.


Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 4 février 1653, note 4.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0304&cln=4

(Consulté le 25/06/2024)

Licence Creative Commons