À Charles Spon, le 1er mai 1654, note 4.
Note [4]

« dans son Franciscanus » ; George Buchanan : {a}

Sancta quidem certis fulcitur secta columnis,
E quibus in primis locuples confessio largo
Proventu est, gnarum non deceptura colonum :
Ut seges agricolam fallat, pulsataque tristi
Grandine vix raris spumet vindemia prelis,
Et pecus abstulerit belli furor, unica nunquam
Artifici imponit Confessio callida docto
.

[Leur sainte secte est certes soutenue par de solides colonnes. La principale est la lucrative confession. {b} Son immense profit ne décevra pas celui qui aura su la cultiver. Il peut arriver que la moisson trompe l’espoir du paysan, que la vendange hachée par une calamiteuse grêle ne fasse écumer que de rares pressoirs et que la fureur de la guerre emporte le troupeau, mais la rusée confession est la seule à ne jamais décevoir qui la pratique habilement].


  1. Franciscanus [Le Cordelier] (Poemata, Amsterdam, 1641, v. première notule {a}, note [11], lettre 65), page 281.
  2. V. notule {c}, note [54] du Borbonniana 5 manuscrit.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 1er mai 1654, note 4.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0348&cln=4

(Consulté le 23/07/2024)

Licence Creative Commons