À André Falconet, le 7 novembre 1665
Note [4]

Robert Arnauld d’Andilly (1589-1674) était le fils aîné d’Antoine i Arnauld (v. note [17], lettre 433), avocat au Parlement de Paris. Il avait six sœurs et trois frères. Guy Patin nommait ici deux d’entre eux : son puîné, Henri, évêque d’Angers (v. note [9], lettre 165), et Antoine ii, le benjamin de la famille, dit le Grand Arnauld. Robert avait quitté ses charges en 1643 pour prendre, à partir de 1648, la tête des solitaires retirés à l’abbaye de Port-Royal-des-Champs. On était en train de préparer son :

Histoire des Juifs, écrite par Flavius Joseph {a} sous le titre de Antiquités Judaïques, traduite sur l’original grec, revu sur divers manuscrits, par M. Arnauld d’Andilly. {b}


  1. Sic pour Josèphe, v. note [18], lettre 95.

  2. Paris, Pierre Le Petit, 1667, in‑fo de 772 pages ; nouvelle édition à Paris, Louis Roulland, 1700, in‑4o, in‑4o, tome premier (845 pages) et tome second (572 pages).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 7 novembre 1665. Note 4

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0845&cln=4

(Consulté le 06.10.2022)

Licence Creative Commons