À Melchior Sebizius, le 17 mai 1658
Note [4]

Sophocle (495-406 av. J.‑C.), le grand tragique grec, a vécu 89 ans, et Platon, environ 80 (428 ou 427-348 ou 347 av. J.‑C.).

Gorgias de Leontini (en Sicile) est un philosophe présocratique des ve et ive s. av. J.‑C. Cette phrase conclut sa biographie par Philostrate (Vies des Sophistes, 9e récit du livre i ; v. note [41], lettre 99) :

« On dit que Gorgias, malgré les atteintes de la vieillesse, et parvenu à l’âge de 108 ans, n’avait point perdu la vigueur de son corps, et qu’il mourut encore vert, en pleine possession de ses sens. »

Élien (La Mort de Gorgias, Histoires diverses, livre ii, chapitre 35 ; v. note [2], lettre 618) :

« Gorgias le Léontin, arrivé à une extrême vieillesse, et touchant au terme de sa carrière, fut attaqué d’une maladie qui lui causait un assoupissement presque continuel. Un de ses amis l’étant venu voir, lui demanda comment il se trouvait : “ Je sens, lui répondit Gorgias, que le sommeil commence à me livrer à son frère. ” » {a}


  1. Tum consanguineus Leti Sopor [Car le Sommeil est le frère de la Mort] (Virgile, Énéide, chant vi, vers 278).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Melchior Sebizius, le 17 mai 1658. Note 4

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1133&cln=4

(Consulté le 08.02.2023)

Licence Creative Commons