De Charles Spon, le 21 novembre 1656, note 4.
Note [4]

Aétius (Aëce) d’Amide, médecin chrétien du ve s., né à Amide (Mésopotamie), pratiquait à la cour de Constantinople et exerça, suivant toutes les apparences, à Alexandrie. Il recueillit ce qu’il y avait de plus utile dans les auteurs qui l’avaient précédé. On a de lui, sous le titre de Tetrabiblos, une vaste compilation, qui est comme le résumé des connaissances médicales de son époque. Il a copié principalement Hippocrate, Galien et Dioscoride.

V. note [9], lettre 9, pour les Opera medica [Œuvres médicales] de Sylvius (Jacques Dubois) éditées par René Moreau (Paris, 1634, deuxième de trois éditions). Vers la fin de l’Ad Lectorem humanissimum Præfatio [Préface au très aimable lecteur], il révélait en effet de grandes ambitions :

Cæterum ubi me sensero hac editione rem tibi gratam et iucundam præstitisse, efficaciam ut Aëti Amideni opera omnia græcolatin (quorum pars media nondum edita fuit) cum optimis notis habeas : Actuarium quoque græcolatinum, necnon Medicos Principes minores uno volumine græce et latine congestos, Ruffum Ephesium, Soranusm, Xenocratem, Stephanum Atheniensem, Palladium, Meletium, Philotheum, Theophylum, Demetrium Pepogomenum, Simeonem Sethi, Michaëlem Psellum, Ioannem Archiatrum aliosque incerti nominis Medicos iuniores inclinantis Græciæ.

[Outre que par cette édition j’aurai pensé vous avoir présenté une lecture agréable et plaisante, je ferai en sorte que vous ayez bientôt les œuvres complètes, grecques et latines, d’Aétius d’Amide (dont la partie médiane n’a encore jamais été éditée) avec d’excellentes annotations ; et aussi un Actuarius grec et latin, ainsi que les auteurs médicaux de second rang réunis en un volume grec et latin, Rufus d’Éphèse, {a} Soranos, {b} Xénocrate, Stéphanus d’Athènes, Palladius, Meletius, {a} Philothéus, Theophilus, {a} Demetrius Pepogomenus, Siméon Sethi, {c} Michel Psellus, Jean l’Archiatre, {d} et autres plus récents médecins de la Grèce déclinante dont les noms sont incertains].


  1. V. note [4], lettre latine 57 ; je n’ai pas trouvé de Philothéus qui soit différent de Theophilus Protospatharius.

  2. V. notule {b}, note [9], lettre latine 96.

  3. V. note [28], lettre 477.

  4. Les autres écrivains médicaux grecs ou byzantins de cette liste me semblent être :

    • Xénocrate d’Aphrodisie (en Cilicie), ier s. ;

    • Stephanus d’Athènes ou d’Alexandrie, au viie s. ;

    • Palladius le Sophiste, au iie s. ;

    • Demetrios Pepagomenos ou Pepogomenos, au xiiie s., auteur du Cynosophion sur les soins à procurer aux chiens ;

    • le moine érudit Michel Psellus, au xie s. ;

    • Johannes Antiochenus Archiater semble être un autre nom de Jean Damascène, alias Mésué (ixe s., v. note [25], lettre 156).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – De Charles Spon, le 21 novembre 1656, note 4.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=9003&cln=4

(Consulté le 15/04/2024)

Licence Creative Commons