Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Patiniana I‑4 (1701)
Note [42]

Les « versions » sont ici les traductions du texte original (hébreu ou grec) en latin (infiniment variables en matière biblique).

La seule Bible d’Angleterre dont Guy Patin a parlé dans sa correspondance est la Biblia Sacra polyglotta [Sainte Bible polyglotte] de Brian Walton. {a} Ce qu’il faut entendre par la « Bible de Thècle » est expliqué dans le premier volume de cette Bible anglaise, § 32, page 65 vo, du Prolégomène ix, De Versionibus Græcis, præcipue lxxii Seniorum [Des Versions grecques, principalement celle des 72 Anciens] : {b}

Descriptus est hic liber Alexandriæ per Theclam, fœminam nobilem, cujus nomen (jam obliteratum) ad finem libri olim inscriptum fuisse, testatur idem Cyrillus ; cujus verba ipsius manu initio libri exarata hæc sunt. Liber iste Scripturæ sacræ Veteris et Novi testamenti, prout ex traditione habemus, est scriptus manu Theclæ, nobilis fœminæ Ægyptiæ, ante mille et trecentos annos circiter, paulo post Concilium Nicanum. Nomen Theclæ in fine libri erat exaratum, sed extincto Christianismo in Ægypto a Mahumetanis, et libri una Christianorum in similem sunt redacti conditionem : extinctum ergo et Theclæ nomen et laceratum, sed memoria, et traditio recens observat. Hæc Cyrillus. Quænam hæc Thecla fuerit, nolo anxie inquirere.

[Le même Cyrillus {c} atteste que ce codex d’Alexandrie a été transcrit par Thècle, dame noble, dont le nom (aujourd’hui effacé) a jadis été écrit à la fin de l’ouvrage. Au début, il a ajouté ces mots de sa propre main : Selon la tradition, ce livre de la Sainte Écriture, Ancien et Nouveau Testaments, est écrit de la main de Thècle, noble dame d’Égypte, il y a environ mille trois cents ans, peu après le concile de Nicée. {d} Le nom de Thècle, à la fin du livre, a été effacé, mais cela a été fait quand les mahométans ont aboli le christianisme en Égypte, et les livres des chrétiens ont tous été détruits dans les mêmes conditions. Le nom de Thècle a ainsi été à la fois effacé et déchiré, mais le souvenir et la tradition le conservent de nos jours. Voilà les mots de Cyrillus. Qui donc fut cette Thècle ? Je ne veux pas me donner plus de peine à le savoir]. {e}


  1. Londres, 1657, 6 volumes in‑fo, v. note [33], lettre 525.

  2. Plus ordinairement appelée Septante, v. notule {b}, note [7], lettre 183.

  3. Cyrillus Leucaris (Cyrille Loukaris, 1572-1638) a été patriarche d’Alexandrie (1602-1621) puis de Constantinople (1620-1638). Dans son introduction, Walton explique que lorsque le patriarcat de Leucaris fut transféré d’Alexandrie à Constantinople, il emporta le Codex Alexandrinus [Manuscrit d’Alexandrie] (écrit en grand oncial grec), dont il est ici question. En 1627, étant donné ses inclinations protestantes, Leucaris l’envoya au roi Charles ier d’Angleterre, ut magnum Orientis Thesaurum [comme un grand trésor de l’Orient].

  4. Le premier concile de Nicée s’est déroulé dans l’actuelle ville d’Iznik en Turquie en l’an 325. Cette Thècle égyptienne est donc bien distincte de sainte Thècle, originaire d’Iconium (aujourd’hui Konya en Turquie) au ier s. de l’ère chrétienne, qui figure dans le récit apocryphe intitulé les Actes de Paul et Thècle, dont Les actes de Paul et ses lettres apocryphes, édités par Léon Vouaux (Paris, Letouzé et Ané, 1913, in‑8o) contiennent le texte bilingue grec et français (pages 147‑238).

  5. La « Bible de Thècle » n’a jamais été imprimée en tant que telle, mais la Biblia Sacra polyglotta de Walton a été la première en Europe à utiliser le Codex Alexandrinus pour établir son texte, ce qui explique et légitime la référence du Patiniana à Thècle. Le Codex est toujours propriété de la Couronne britannique, aujourd’hui conservé par la British Library.

Cet article du Patiniana imprimé ne figure pas dans le manuscrit de Vienne.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Patiniana I‑4 (1701). Note 42

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8199&cln=42

(Consulté le 04.02.2023)

Licence Creative Commons