À Charles Spon, le 16 novembre 1643, note 52.
Note [52]

Dictionnaire de Trévoux :

« Les sectateurs de Platon {a} s’appelèrent d’abord académiciens, du nom de l’Académie, qui était le lieu où ce philosophe enseignait à Athènes. Ce ne fut que longtemps après la mort de leur maître qu’ils s’appelèrent platoniciens. On croit que c’est à Alexandrie en Égypte qu’ils le portérent d’abord, après qu’ils y eurent renouvelé l’ancienne Académie et fait revivre ses sentiments. […] Les platoniciens étaient fort adonnés à la théurgie. {b} […] Les platoniciens entreprirent dans les premiers siècles de l’Église de faire des miracles pour les opposer à ceux des chrétiens. Ils empruntèrent beaucoup d’autres choses de la religion chrétienne et autant qu’ils ont pu, ils ont été les singes des chrétiens. »


  1. V. note [15], lettre 80.

  2. Magie blanche. Ces platoniciens du nouveau genre ont depuis été appelés néoplatoniciens : v. note [46] du Borboniana 7 manuscrit. Guy Patin les a généralement confondus avec les platoniciens (et méprisés comme tels).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 16 novembre 1643, note 52.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0097&cln=52

(Consulté le 15/04/2024)

Licence Creative Commons