Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Borboniana 10 manuscrit
Note [55]

Le Tiers Livre des faicts et dicts heroïques du bon Pantagruel : composé par M. François Rabelais docteur en Medicine. Reveu, et corrigé par l’Autheur, sus la censure antique. L’Autheur susdict supplie les lecteurs benevoles, soy réserver a rire au soixante et dixhuytiesme Livre. {a}

[Le Tiers Livre des faits et dits héroïques du bon Pantagruel : composé par M. François Rabelais docteur en médecine. Revu, et corrigé par l’auteur, en sus de la censure précédente. L’auteur susdit supplie le bienveillants lecteurs de se garder de rire au soixante-dix-huitième livre]. {b}

Le livre se conclut, page 170 ro (fin du chapitre lii, Comment certaine espèce de pantagruélion ne peut être par feu consommée), sur ces vers, avec quelques variantes orthographiques :

« Indes cessez, Arabes, Sabiens {c}
Tant collauder {d} vos Myrrhe, Encens, Ebene,
Venez icy recongnoistre {e} nos biens,
Et emportez de nostre herbe la grene.
Puys si chez vous peut croistre, en bonne estrene, {f}
Graces redidez es cieulx {g} un million :
Et affermez {h} de France heureux le regne
On quel provient {i} Pantagruelion. »


  1. Paris, Michel Fezandat, 1552, in‑8o de 340 pages ; première édition en 1546.

  2. Pour dire qu’ils riront tout leur saoul tant qu’ils liront puisque l’ouvrage ne contient qu’un seul livre composé de 52 chapitres. Par exception, j’ai transcrit dans sa langue d’origine, puis mis en français moderne le titre de ce célébrissime ouvrage.

  3. Sabiens ou sabéens (Trévoux) : adeptes du sabaïsme (proche mais précurseur du zoroastrisme), la plus ancienne religion du Proche-Orient (Mésopotamie), fondée sur l’adoration des astres – soit les païens, aux yeux des monothéistes. Le mot peut aussi désigner le peuple de l’Arabie Heureuse (v. notule {b}, note [4], lettre 5), descendant des rois de Saba.

    Se plaçant dans l’extravagance comique et allégorique, Rabelais feint d’ignorer que les Orientaux ont connu et employé le chanvre bien avant les Européens.

  4. Louer, vanter.

  5. Reconnaître.

  6. Étrenne, au sens de nouveauté.

  7. Grâces rendez aux cieux.

  8. Affirmez.

  9. Où pousse.

Les deux anciens exemplaires des Œuvres de M. François Rabelais que j’ai feuilletés (1596 et 1608, parmi bien d’autres) ne contiennent pas de lettres tirées de sa correspondance. Ses épîtres françaises et latines les plus remarquables (dont aucune n’est adressée à Guillaume Budé) occupent les pages 548‑595 de ses Œuvres éditées par Burgaud des Marets et Rathery (Paris, Firmin Didot, 1858, in‑8o, tome second).

Son ton, et ses références à Galien et à Rabelais font de cet article une autre addition probable de Guy Patin au Borboniana. Mon seul doute plane sur la capacité de Patin à lire la lettre grecque de Budé à Rabelais, traduite dans la source 1 de la note [54] supra.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Borboniana 10 manuscrit. Note 55

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8211&cln=55

(Consulté le 01.07.2022)

Licence Creative Commons