Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Naudæana 4, note 6.
Note [6]

V. note [11], lettre 152, pour Famiano Strada (jésuite mort en 1649), et ses deux décades « sur la Guerre de Flandre », parues pour la première fois en latin à Rome (in‑4o) chez les Corbeletti :

  • la première en 1632, dédiée à Édouard (Odoardo) ier Farnèse, 5e duc de Parme (v. note [6], lettre 27), par Francesco Corboletti (mort en 1637) ;

  • la seconde, en 1647, dédiée à Ranuce (Ranuccio) ii Farnèse, 6e duc de Parme (à partir de 1646, v. note [11], lettre 650), par les héritiers de Francesco Corboletti, à savoir sa fille, Clarice (morte en 1652), et son gendre, Francesco Rosini (mort en 1674).

Ce passage procurerait de précieuses indications chronologiques s’il était crédible ; mais il ne l’est pas, comme le montrent deux extraits du Naudæana manuscrit de Vienne (v. note [12] de l’Introduction aux ana de Guy Patin).

  1. Son tout premier paragraphe, page 1 :

    « Monsieur Naudé, ayant été douze ans en Italie, est enfin revenu à Paris l’an 1642, le 12 mars ; et le 19, m’étant venu voir, il m’a appris ce qui s’ensuit. »

  2. Sa page 75, qui correspond au présent paragraphe du Naudæana imprimé, le propos est tout autre :

    « M. Naudé est revenu de son voyage d’Italie le samedi 20e de mars 1646, où il était allé un an auparavant y quérir les livres de son patron, le cardinal Mazarin, et ceux mêmes des siens qu’il y avait laissés en son dernier voyage de 1642. Depuis ce sien dernier retour, il m’a dit ce qui s’ensuit. »

    Jai vu Famianus Strada et l’ai laissé en bonne santé, Dieu merci, à Rome… »

Les héritiers de Corboletti mirent donc mis un an (et non cinq) à publier la seconde décade de Strada (1647).

Dans la mauvaise comme dans la bonne version de ce paragraphe, Marie-France Claerebout, la très vigilante et précieuse relectrice de notre édition, a noté que les jours de la semaine sont erronés : le 10 mars 1642 était un lundi et non un samedi ; et le 20 mars 1646, un mardi et non un samedi. Je l’en remercie grandement, car c’est sa remarque qui m’a mis la puce à l’oreille, et incité à vérifier la source manuscrite. Les deux dates qu’elle collige procurent en outre la preuve que le recueil du Naudæana s’est prolongé de mars 1642 à mars 1646, voire plus tard.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Naudæana 4, note 6.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8195&cln=6

(Consulté le 14/04/2024)

Licence Creative Commons