À André Falconet, le 21 février 1667
Note [7]

Louis de Rohan (1598-1667), comte de Rochefort, puis prince de Guéméné et duc de Montbazon, fils d’Hercule de Rohan (v. note [14], lettre 313) et de Madeleine de Lenoncourt, était le frère de Mme de Chevreuse, la fameuse frondeuse (v. note [37], lettre 86).

Saint-Simon (Mémoires, tome i, page 108) :

« Le prince de Guéméné était un homme de beaucoup d’esprit, et encore plus Anne de Rohan, sa femme, {a} fille de Pierre, prince de Guéméné, frère aîné de son père. {b} Lui, elle et Mme de Chevreuse toute leur vie ne furent qu’un, et avec eux en quatrième leur belle-mère, {c} seconde femme de leur père, qui avait autant d’esprit et d’intrigue qu’eux ; et ce qui peut passer pour un miracle, toutes trois parfaitement belles et fort galantes, sans que leur beauté ni leur galanterie ait jamais formé le moindre nuage de […] brouillerie entre elles. Le prince de Guéméné non seulement voyait trop clair pour ignorer ce qui se passait dans sa Maison, mais il y trouvait son compte ; et dès là, non seulement il le trouvait fort bon, mais il était des confidences sans en faire semblant au-dehors : leçon utile à la grandeur d’une Maison quand il y a des beautés qui savent faire usage de leurs charmes. »


  1. Et cousine germaine.

  2. Hercule de Rohan.

  3. Marie de Bretagne, duchesse de Montbazon, v. note [4], lettre 252.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 21 février 1667. Note 7

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0900&cln=7

(Consulté le 20.01.2020)

Licence Creative Commons