À Charles Spon, le 6 décembre 1650
Note [4]

Marie d’Avaugour ou de Bretagne (1610 ou 1612-28 avril 1657), seconde épouse en 1628 d’Hercule de Rohan, duc de Montbazon (v. note [14], lettre 313), était la fille aînée de Claude d’Avaugour, comte de Vertus. Marie avait paru à la cour après son mariage et ébloui aussitôt tout le monde par sa beauté. Elle fut beaucoup aimée, de son mari et de bien d’autres : Gaston d’Orléans, le comte de Soissons, Rancé avant la Trappe (v. note [6], lettre 480), les ducs de Longueville, de Guise et de Beaufort furent, successivement ou à la fois, ses amants heureux. La duchesse en avait profité pour se plonger dans les intrigues.

Son premier grand éclat avait été, en 1643, l’affaire des lettres échangées entre Mme de Longueville et Maurice de Coligny ; cela fit scandale (v. note [20], lettre 98) et Mme de Montbazon avait dû faire des excuses devant la reine à la sœur du grand Condé. Pour se venger, elle montra une autre fois tant d’insolence face à la reine que Louis xiii la bannit de la cour et lui enjoignit de rester jusqu’à nouvel ordre à Rochefort-en-Yvelines (août 1643). Cet exil avait été le signal de la cabale des Importants (v. note [15], lettre 93), prélude de la Fronde : Guise et Beaufort prirent fait et cause pour la duchesse et soulevèrent ce commencement de rébellion, mais ce fut un feu de paille que Mazarin étouffa en un mois. Mme de Montbazon s’était hâtée de revoir Paris dès que la Fronde avait éclaté, mais avait dû bien vite reprendre le chemin de Rochefort. Elle en était revenue lorsque la rébellion s’était rallumée, mais son heure était passée et ce fut sa belle-fille, Mme de Chevreuse, qui cette fois joua le premier rôle (G.D.U. xixe s.).

Mme de Montbazon était alors la maîtresse du duc de Beaufort après avoir probablement été celle du coadjuteur.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 6 décembre 1650. Note 4

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0252&cln=4

(Consulté le 30.11.2022)

Licence Creative Commons