À Charles Spon, le 7 février 1648
Note [74]

Anna Maria van Schurman (Cologne 1607, Viewert, Frise 1678) : Opuscula Hebraica, Græca, Latina, Gallica, prosaica et metrica [Opuscules en hébreu, grec, latin et français, en prose et en vers] (Leyde, Elsevier, 1648, in‑8o).

Cette femme exceptionnellement douée avait appris le latin, le grec, l’hébreu, l’éthiopien, et cultivé en même temps la musique, la peinture, la sculpture et la gravure. Sa réputation s’étant répandue à l’étranger, la reine Christine, la duchesse de Longueville, la princesse Louise-Marie de Gonzague vinrent la visiter à Utrecht, où elle vivait avec sa famille depuis 1615, comme le prodige du sexe féminin. Vers la fin de sa vie, elle se jeta avec ardeur dans le piétisme et offrit un asile chez elle au visionnaire Labadie (v. note [15], lettre 500) quand, forcé de quitter Genève, il se réfugia en Hollande. On a même prétendu qu’ils contractèrent ensemble un mariage secret (G.D.U. xixe s.).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 7 février 1648. Note 74

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0150&cln=74

(Consulté le 03.12.2020)

Licence Creative Commons