À André Falconet, le 4 mars 1659
Note [9]

Jean Morin (Blois 1591-Paris 1659), à la suite d’un voyage à Leyde, avait abjuré le protestantisme entre les mains du cardinal Duperron (v. note [20], lettre 146), qui l’attacha à sa personne, puis reçut un emploi auprès de Sébastien Zamet, évêque de Langres (v. note [1], lettre 391). Désirant, s’adonner entièrement à l’étude, Morin était entré en 1618 dans la Congrégation de l’Oratoire. Il devint ensuite supérieur du Collège d’Angers, fit partie en 1625 des oratoriens qui accompagnèrent la reine Henriette en Angleterre, se rendit en 1640 à Rome, à l’appel d’Urbain viii, pour y prendre part à des discussions relatives à la réunion des Églises grecque et latine, puis il revint en France où il consacra le reste de sa vie à des travaux d’histoire et de critique sacrée (G.D.U. xixe s.).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 4 mars 1659. Note 9

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0556&cln=9

(Consulté le 10.07.2020)

Licence Creative Commons