À André Falconet, le 20 mars 1654
Note [a]

Cette lettre a pour destinataire Charles Spon dans l’édition Bulderen (no lxxxi ; i, pages 224‑227), mais André Falconet dans Reveillé‑Parise (no ccccxviii ; iii, pages 24‑26). À quelques raccourcissements près, ses premier et dernier paragraphes sont semblables à des passages de la lettre à Charles Spon du 6 mars 1654 (v. notes [4] et [23], lettre 342). L’entre‑deux étant original, la lettre mérite d’être préservée, nimbée du mystère des manuscrits qui ne sont pas parvenus jusqu’à nous : Guy Patin blanchissait‑il deux murs avec la même chaux (v. note [35], lettre 336), ou les premiers éditeurs de ses lettres se sont‑ils sentis autorisés à en fabriquer de fictives avec des fragments épars ? On les a assez souvent pris sur le fait pour être certain qu’ils en étaient bien capables ; mais ici il est légitime de laisser le privilège au doute.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 20 mars 1654. Note a

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0344&cln=a

(Consulté le 19.11.2019)

Licence Creative Commons