À Charles Spon, le 20 mars 1654, note a.
Note [a]

Cette lettre a pour destinataire Charles Spon dans Du Four (édition princeps, 1683, no xlviii, pages 161‑165) et Bulderen, (no lxxxi ; i, pages 224‑227), mais André Falconet dans Reveillé‑Parise (no ccccxviii ; iii, pages 24‑26).

À quelques raccourcissements près, ses premier et dernier paragraphes sont semblables à des passages de la lettre à Spon du 6 mars 1654 (v. notes [4] et [23], lettre 342). L’entre‑deux étant original, la lettre mérite d’être préservée, nimbée du mystère des manuscrits qui ne sont pas parvenus jusqu’à nous : Guy Patin pouvait blanchir deux murs avec la même chaux (v. note [35], lettre 336), et les premiers éditeurs de ses lettres en ont fabriqué de fictives avec des fragments épars, comme Charles Patin l’a clairement expliqué dans sa correspondance avec Jacob Spon. Un doute existe, mais je les ai suivis dans la destination de cette lettre à Charles Spon.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 20 mars 1654, note a.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0344&cln=a

(Consulté le 24/05/2024)

Licence Creative Commons