L. 561.  >
À André Falconet,
le 2 mai 1659

Monsieur, [a][1]

Je voudrais bien avoir quelque bonne nouvelle digne de vous être mandée. On dit seulement que dans huit jours on publiera une surséance d’armes. [1] On fait marcher quelques troupes vers la frontière pour l’exécution de la paix. [2] Le duc d’Orléans [3] et le cardinal Mazarin [4] ont tous deux la goutte. [5][6] On dit que le roi [7] sortira de Paris vers le 28e de ce mois, on parle de Fontainebleau, [8] de Compiègne, [9] d’Amiens, [10] mais tout cela est incertain. [2]

M. Troisdames [11] m’a parlé de M. Chanlate, [12] et m’a prié de vous mander qu’il voudrait bien qu’il prît des eaux de Saint-Myon, [13] que l’on pourrait faire apporter d’Auvergne à Lyon, où il les prendrait sans sortir de sa maison. Je lui ai promis de vous le mander et de vous prier d’y penser. Il dit que le voyage de Bourbon [14] est trop long, il en parle comme Galien [15] dit que Thucydide [16] a décrit la peste [17] d’Athènes, tanquam idiota, sed non tanquam artifex idoneus, et peritus medicus[3]

Voilà Noël Falconet [18] qui étudie auprès de moi, comme faisait Scipion [19] auprès d’Ennius qui, teste Claudiano[20][21]

Hærebat doctus lateri, castrisque solebat
Omnibus in medias Ennius ire tubas
[4]

Det Dominus meliora, et quod est apud Sallustium, ei bene facere ex consuetudine in naturam vertat[5][22] Je vous prie de faire mes recommandations à Mme Falconet. Je vous baise les mains et suis de tout mon cœur votre, etc.

De Paris, ce 2d de mai 1659.


a.

Bulderen, no cxxxviii (tome i, pages 365‑366) ; Reveillé-Parise, no ccccxlxxiv (tome iii, pages 130‑131).

1.

Les hostilités entre les deux couronnes, France et Espagne, cessèrent officiellement le 7 mai.

2.

La cour ne quitta pas les proches environs de Paris avant le 21 juin, où commença le grand voyage de plus d’une année pour la paix des Pyrénées et le mariage du roi.

3.

« comme ignorant, mais non comme spécialiste compétent et médecin expérimenté. »

Thucydide, historien et homme politique athénien du ve s. av. J.‑C., a laissé la première description écrite d’une grande épidémie, la peste d’Athènes, qui éclata en 430 av. J.‑C. (livre ii de l’Histoire du Péloponnèse), mais on n’est encore jamais parvenu à établir s’il s’agissait de l’authentique peste ou du typhus.

Dans son article intitulé L’historien Thucydide vu par le médecin Galien, paru dans les Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (155e année, no 3, 2011, pages 1443‑1465), Jacques Jouanna a mené une analyse approfondie des 25 références à Thucydide qu’il a trouvées dans le Corpus galénique. Il y détaille notamment (page 1460) l’avis de Galien sur la compétence médicale de Thucydide, avec cette citation du livre ii sur la Gêne respiratoire (Kühn, volume 7, pages 854) :

« Thucydide, de son côté, a écrit ce qui arrive aux malades en tant que non-spécialiste pour des non-spécialistes, Hippocrate a écrit en homme de l’art pour des hommes de l’art. »

La remarquable étude de Jouanna ne contient rien qui ressemble de plus près au propos de Guy Patin.

4.

« qui, au témoignage de Claudien, {a}

“ Se tenait docte à ses côtés, et Ennius {b} avait coutume de l’accompagner dans tous les camps, au milieu des fanfares. ” »


  1. Panégyrique iv (partie iii, vers 11‑12), à propos du premier de Publius Cornelius Scipio, surnommé Scipion l’Africain (Scipio Africanus Major, 235-183 av. J.‑C.),général romain qui gagna la deuxième Guerre punique (v. notule {a}, note [29], lettre 525).

  2. V. note [7], lettre 33, pour le poète Ennius.

5.

« Puisse le Seigneur lui réserver de meilleurs jours, et comme dit Salluste, “ l’habitude de bien faire lui devienne naturelle ” » (v. note [30], lettre 280).


Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 2 mai 1659

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0561

(Consulté le 25/06/2024)

Licence Creative Commons "Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron." est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.