L. latine 76.  >
À Johannes Antonides Vander Linden,
le 23 février 1657

[Ms BIU Santé no 2007, fo 54 ro | LAT | IMG]

Au très distingué M. Johannes Antonides Vander Linden, à Leyde.

Très éminent Monsieur, [a][1]

M. Riolan, notre très illustre ancien, est mort d’une hématurie avec fièvre continue gangreneuse, le lundi 19e de février, âgé de 77 ans. [1][2][3][4] Il avait reçu et vu vos Selecta medica ; [2][5] il m’avait promis son Celse[6] mais je ne l’ai pas car la force du destin ne l’a pas permis. S’ils mettent ce livre en vente, j’offrirai prières et argent pour l’obtenir. Il avait aussi dit qu’il vous écrirait pour vous remercier de votre cadeau. J’ai perdu un honorable maître et un très doux ami : les bons s’en vont, les mauvais restent en vie, pour s’amender à la fin ou périr misérablement. Cum rapiant mala fata bonos, etc. [3][7] Le chagrin m’empêche d’en écrire plus. Vale et aimez-moi.

Votre G.P. de tout cœur.

De Paris, ce vendredi 23e de février 1657.


a.

Brouillon autographe d’une lettre que Guy Patin a écrite à Johannes Antonides Vander Linden, ms BIU Santé no 2007, fo 54 ro.

1.

Dans ses lettres, Guy Patin a écrit et récrit que son mentor, Jean ii Riolan, était mort le jour de son 77e anniversaire, 19 février 1657, ce qui donne 1580 pour année de sa naissance, tandis que la plupart des biographes la situent en 1577. Patin est sans conteste plus digne de foi.

2.

V. note [29], lettre 338, pour les « Morceaux médicaux choisis » de Johannes Antonides Vander Linden (Leyde, 1656), qui en avait envoyé un exemplaire à Guy Patin afin qu’il le remît à Jean ii Riolan.

3.

« Puisqu’un destin cruel emporte les bons, etc. » (Ovide, v. note [21], lettre 292).

V. note [1], lettre latine 50, pour le précieux exemplaire de Celse, annoté par Jules-César Scaliger que possédait Jean ii Riolan. Guy Patin voulait absolument l’obtenir le prêter à Johannes Antonides Vander Linden, espoir dont il devait désormais faire son deuil avec celui de son mentor.

s.

Ms BIU Santé no 2007, fo 54 ro.

Cl. viro D.D. Io. Ant. Vander Linden, Leidam.

Vir præstantissime,

Clariss. noster Senior Riolanus
obijt die Lunæ, 19. Febr. ex mictione cruenta, febre continua, gangrenosi,
anno ætatis 77. Selecta tua eo obtuli vidit et accepit, Corn. Celsum MS suum promisit, sed
promissis non stetit
nec tamen habeo : per vim Fati, non licuit. Si vænum exponantur
ejus libri, preces et pretium pro eo habendo offeram : dixerat quoque se
ad Te scripturum, ut de pro dono tuo gratias ageret. Amisi præceptorem hono-
randum, et amicum suavissimum : boni pereunt, improbi superstites
remanent, ut probetur patientia bonorum tandem meliores fiant, vel miserè pereant. Cùm rapiant mala fata
bonos etc.
Plura scribere vetat dolor. Vale et me ama.

Tuus ex animo G.P.

Parisijs, die Veneris,
23. Febr. 1657.


Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johannes Antonides Vander Linden, le 23 février 1657

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1109

(Consulté le 24/04/2024)

Licence Creative Commons "Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron." est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.