L. latine 33.  >
À Christian Buncken,
le 12 mars 1655

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

[Ms BIU Santé 2007, fo 32 ro | LAT | IMG]

Mes salutations au très distingué M. Christian Buncken, médecin de Hambourg.

Très distingué Monsieur, [a][1]

Je n’ai reçu votre très agréable lettre datée du 8e de septembre qu’au bout de cinq mois, savoir le 18 de février ; mais j’ignore entièrement où et pourquoi elle a si longtemps traîné en chemin. Dieu soit loué, elle m’est enfin parvenue. Je salue de tout cœur les très savants M. Placcius et M. Rolfinck. [1][2][3] Dans les Disputationes de M. Rolfinck que j’ai reçues, il manque la douzième, qui traite de Catarrho ; vous me la procurerez une autre fois, s’il vous plaît. [2][4] Je vous demande et souhaite vivement vos deux thèses doctorales, dont vous m’aviez jadis fait miroiter l’espoir, mais que vous ne m’avez jamais envoyées ou du moins, que je n’ai jamais reçues. Je prie le ciel que vous puissiez me trouver en votre d’Allemagne le Liber morborum incurabilium de Bruno Seidel. [3][5] C’est un petit volume qu’on ne trouve ici nulle part ; si vous me l’envoyez, vous me ferez assurément grand plaisir. Je soigne ici M. Penshorn, noble de Hambourg envoyé en ambassade auprès du roi très-chrétien pour les villes hanséatiques. [4][6][7][8] Quand il s’en retournera dans votre ville, je lui confierai un paquet à vous remettre, rempli de ce qui se trouvera alors. En attendant, je voudrais vous aviser que j’ai ici été reçu professeur royal en anatomie, botanique et pharmacie, en la chaire de M. Riolan, [9] qui me l’a transmise tandis que je ne songeais à rien de tel et que de nombreux autres la désiraient. [10] Par cette charge qu’on m’a confiée, j’aurai désormais à donner des leçons tous les ans au Collège royal de Cambrai ; [11] je les commencerai après Pâques. [12] Je chercherai à y saisir l’occasion de creuser et d’enrichir mon Manualis, pour qu’il voie enfin le jour. [5][13] Portez-vous bien, très distingué Monsieur, et rendez-moi l’affection que je vous porte sincèrement. Je suis de toute mon âme votre Guy Patin, docteur en médecine et professeur royal.

De Paris, ce 12e de mars 1655.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Christian Buncken, le 12 mars 1655

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1066

(Consulté le 07.12.2019)