L. latine 296.  >
À Sebastian Scheffer,
le 16 mai 1664

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

[Ms BIU Santé no 2007, fo 169 vo | LAT | IMG]

Au très distingué M. Sebastian Scheffer, docteur en médecine de Francfort. [a][1]

Je vous sais particulièrement gré pour tout ce que vous m’avez fait parvenir par ceux de Genève ; [1][2] je rembourserai à M. Mocquillon [3] le prix que vous m’aurez indiqué ; mais votre lettre ne me dit rien du miroir que vous destiniez à votre épouse, [4] au sujet duquel je vous ai précédemment écrit ; [2] avez-vous changé d’avis ? Si vous me renseignez sur le prix et la taille, ainsi que sur un porteur idoine, je ferai ce que vous voudrez et vous me reconnaîtrez pour votre serviteur. Quant à ces disputations diverses que vous avez reçues d’Helmstedt et d’Iéna, [5][6] si vous n’avez pas une voie sûre et commode pour me les expédier, mettez-les et emballez-les bien dans un solide paquet et envoyez-le à Metz, à M. Du Clos, docteur en médecine à Metz, pour faire tenir à Monsieur Guy Patin, docteur en médecine et professeur du roi, à Paris. Il y a un messager de Francfort à Metz toutes les semaines ; [3][7] ainsi le tout nous parviendra-t-il en toute garantie de sécurité. Si vos compatriotes, Öchs [8] ou Sebastian Switzer, [9] viennent ici cet été, je leur remettrai tout ce que vous ordonnerez en compensation de vos dépenses. Que me laissez-vous espérer ou croire de vos Elogia Boissardi ? [4][10] Mes fils vous envoient leurs compliments, [11][12] et moi aussi, tout comme je salue votre père, [13] cet honorable vieillard, votre très chère épouse, les très distingués Lotich [14] et Johann Daniel Horst, [15] et nos autres amis. On attend ici un certain légat du pape : [16] Dieu fasse qu’il chasse tous les Turcs par-delà le mont Imaüs, [17][18] unde malum pedem olim attulerunt[5][19] ces Ottomans qui sont les perturbateurs de notre siècle, acolytes méprisables et sectateurs insensés de Mahomet, vaurien parfaitement impie et pseudo-prophète impur. [20] Mais en voilà assez. Vive et vale, et aimez-moi.

Vôtre pour toujours, Guy Patin.

De Paris, ce vendredi 16e de mai 1664.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Sebastian Scheffer, le 16 mai 1664

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1329

(Consulté le 14.05.2021)