L. latine 296.  >
À Sebastian Scheffer,
le 16 mai 1664

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

[Ms BIU Santé 2007, fo 169 vo | LAT | IMG]

Au très distingué M. Sebastian Scheffer, docteur en médecine de Francfort. [a][1]

Je vous remercie particulièrement pour tout ce que vous m’avez fait parvenir par ceux de Genève ; [1][2] je rembourserai à M. Mocquillon [3] le prix que vous m’aurez indiqué ; mais votre lettre ne me dit rien du miroir que vous destiniez à votre épouse, [4] au sujet duquel je vous ai précédemment écrit ; [2] avez-vous changé d’avis ? Si vous me renseignez sur le prix et la taille, ainsi que sur un porteur idoine, je ferai ce que vous voudrez et vous me reconnaîtrez pour votre serviteur. Pour ces disputations diverses que vous avez reçues d’Helmstedt et d’Iéna pour me les envoyer, [5][6] si vous n’avez pas une voie sûre qui vous plaise, mettez-les et emballez-les bien dans un solide paquet et envoyez-le à Metz, à M. Du Clos, docteur en médecine à Metz, pour faire tenir à Monsieur Guy Patin, docteur en médecine et professeur du roi, à Paris. Il y a un messager de Francfort à Metz toutes les semaines ; [3][7] ainsi le tout nous parviendra-t-il en toute garantie de sécurité. Si vos compatriotes, Öchs [8] ou Sebastian Switzer, [9] viennent ici cet été, je leur remettrai tout ce que vous ordonnerez en compensation de vos dépenses. Que me laissez-vous espérer ou croire de vos Elogia Boissardi ? [4][10] Mes fils vous envoient leurs compliments, [11][12] et moi aussi, tout comme je salue votre père, [13] cet honorable vieillard, votre très chère épouse, les très distingués Lotich [14] et Johann Daniel Horst, [15] et nos autres amis. On attend ici un certain légat du pape : [16] Dieu fasse qu’il chasse tous les Turcs par-delà le mont Imaüs, [17][18] unde malum pedem olim attulerunt[5][19] ces Ottomans qui sont les perturbateurs de notre siècle, acolytes méprisables et sectateurs insensés de Mahomet, vaurien parfaitement impie et pseudo-prophète impur. [20] Mais en voilà assez. Vivez et portez-vous bien, et aimez-moi.

Vôtre pour toujours, Guy Patin.

De Paris, ce vendredi 16e de mai 1664.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Sebastian Scheffer, le 16 mai 1664

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1329

(Consulté le 20.11.2019)