L. latine 346.  >
À Heinrich Meibomius,
le 1er avril 1665

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

[Ms BIU Santé 2007, fo 187 vo | LAT | IMG]

Au très distingué M. Heinrich Meibomius, à Helmstedt.

Très distingué Monsieur, [a][1]

J’ai reçu hier matin avec grande joie votre fort agréable lettre ; avec votre permission, j’y répondrai en quelques lignes. J’attendrai patiemment le paquet que vous avez envoyé pour moi à notre ami Scheffer de Francfort, [2] et vous écrirai aussitôt que je l’aurai reçu. Vous m’aurez lié à vous par un immense bienfait si vous avez pris soin d’y mettre les opuscules que votre imprimeur a publiés, dont je vous avais envoyé la liste. [1][3] Je regarderai soigneusement chacun d’eux après que je les aurai reçus de Scheffer ; si vous voulez bien, comme je vous l’ai écrit, vous enverrez les autres à Hambourg, chez Louis Héron, qui vous rendra aussitôt ce qu’ils vous auront coûté. [2][4] Nous ne nous disputerons jamais sur le prix, si du moins le remboursement sans délai de vos dépenses vous agrée. Tout ce que vous écrivez au sujet de Schefferus, natif de Strasbourg, me plaît beaucoup ; [3][5][6] dès que cela se vendra ici, je l’achèterai aussitôt et tirerai sans doute grand profit à le lire. Je connais fort bien ce Loccenius, par les ouvrages qu’il a publiés. [4][7] Je ne veux pas m’échauffer la bile sur le Pétrone qui a été publié l’an passé à Padoue, mais sous un faux nom ; [8] [Ms BIU Santé 2007, fo 188 ro | LAT | IMG] on le trouve même ici depuis quelques mois, mais j’ai du mal à y sentir son esprit : ce fragment est, dit-on, de Pétrone, mais je le nie farouchement ; je soupçonne, pour ne pas dire que je préfère croire, que cet opuscule est l’ouvrage de quelque moine oisif et d’un petit singe pétronisant ; longe enim et aliter olent catuli quam sues[5][9] Quoi qu’il en soit, un tel écrit a bien pu sortir de quelque lupanar, et jamais je ne me persuaderai de bon cœur ni ne croirai naïvement qu’un fragment si insipide appartienne à Pétrone, lui qui fut l’Arbitre des voluptés privées du fameux Trimalcion ; [10] lequel n’a, je pense, rien été d’autre qu’un infâme disciple du très opulent Sénèque, [11][12] Cujus ad exitium non debuit una parari simia, non serpens unus, non culeus unus ; [6][13] vous savez ce que je veux dire et comprenez parfaitement ce que j’entends. Ce fils d’Agrippine [14] fut un monstre d’homme qui Romæ olim exercuit histrionam, auriga, incendiarius, matris et præceptoris carnifex, etc. [7][15][16] Anne d’Autriche décline de jour en jour, les remèdes du prêtre sont inefficaces contre son cancer, [17][18] où je pense qu’on ne peut rien attendre d’autre que la consomption. [19] Dieu fasse que votre traité de Cervisia paraisse enfin au jour sous de bons auspices. [8][20][21] Nous vivons dans un siècle novateur et bien trop avide d’invention, et ce contre toute justice : voilà pourquoi on nous présente quantité de fictions, on nous les impose même contre notre gré ; j’y mets ce que vous écrivez de cette Chirurgia infusioria de Johann Daniel Major, médecin des épidémies à Hambourg, car il fait de fausses promesses et professe l’impossible ; voilà bien les sornettes et les délires d’un siècle moribond. [9][22] Je saluerai ici tous vos amis et en retour, vous me recommanderez bien aux très distingués Conring [23] et Tappius, [24] et aux autres qui m’honorent de leur bienveillance. Portez-vous bien, très éminent Monsieur, et aimez celui qui vous salue avec tous les siens.

De Paris, le 1er d’avril 1665.

Vôtre de tout cœur, Guy Patin.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Heinrich Meibomius, le 1er avril 1665

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1379

(Consulté le 23.10.2019)