À Claude II Belin, le 8 décembre 1637
Note [1]

Ouvrage chéri et vénéré par Guy Patin, {a} la Pathologie de Jean Fernel a connu plus de trente éditions et a été insérée dans diverses compilations. C’est la deuxième partie de la :

Ioannis Fernelii Ambiani Universa Medica tribus et viginti libris absoluta. Ab ipso quidem Authore ante obitum diligenter recognita, et quatuor libris nunquam ante editis, ad praxim tamen perquam necessariis, aucta. Postea autem studio et diligentia Gul. Plantii Cenomani postremum elimata, et in librum Therapeutices septimum doctissimis scholiis illustrata. His accessit eiusdem Authoris Febrium ac Luis Venereæ curatio methodica libris duobus comprehensa nunc longe quam antehac emendatioribus.

[Médecine universelle de Jean Fernel, natif d’Amiénois, {b} divisée en 23 livres. Avant sa mort, l’auteur l’a soigneusement révisée et l’a augmentée de quatre livres précédemment inédits, pourtant fort nécessaires à la pratique. Après quoi, le travail et la diligence de Guillaume Plancy, {c} natif du Mans, l’a tout dernièrement parfaite et l’a enrichie de très savantes annotations sur le septième livre de la Thérapeutique. On a ajouté à cela la guérison méthodique des Fièvres et de la Maladie vénérienne en deux livres du même auteur, bien plus correcte maintenant qu’elle n’était jusqu’ici]. {d}


  1. « Ce livre, après les quatre évangélistes, est le meilleur livre du monde » (lettre 449).

  2. Fernel, le plus célèbre médecin français du xvie s., était natif de Clermont-en-Beauvaisis, v. note [4], lettre 2.

  3. V. note [1], lettre 80.

  4. Lyon, Junte et Paulus Gultius, 1586, in‑fo ; première édition à Paris, André Wechel, 1554, in‑fo). Les 23 livres en sont répartis en trois grands domaines : Physiologie (7 livres), Pathologie (7 livres), Thérapeutique (9 livres).

Patin parlait ici d’une édition séparée de la Pathologie :

Fernelii Pathologiæ libri septem, nova editio emendatissima, cum duplice indice, in gratiam tyronum.

[Sept livres de pathologie de Fernel, nouvelle édition tout à fait irréprochable, avec un double index pour le bénéfice des débutants]. {a}


  1. Paris, Claude Le Groult et J. Le Mire, 1638, in‑12.

    La dédicace des libraires à Patin est longue de trois pages ; comme il n’en a pas reparlé dans sa correspondance, le motif précis de cette dédicace demeure obscur.


Les titres des sept livres de la Pathologie sont :

  1. Les Maladies et leurs causes ;

  2. Les Symptômes et les signes ;

  3. Le Pouls et les urines ;

  4. Les Fièvres ;

  5. Les Maladies et symptômes de chaque partie ;

  6. Les Maladies des parties qui sont sous le diaphragme ;

  7. Les Maladies externes du corps.

Pour éclairer les références de Patin à la Pathologie, à la Thérapeutique et à la Physiologie, mes notes ont puisé (avec quelques rares corrections mineures) dans trois traductions françaises parues en 1655 (Paris, Jean Guignard, in‑8o) :

  • La Pathologie de Jean Fernel, premier médecin de Henri ii, roi de France ; ouvrage très utile à tous ceux qui s’appliquent à la guérison des maladies du corps humain. Mis en français par A.D.M., docteur en médecine ;

  • Les sept livres de la Thérapeutique universelle de Mre Jean Fernel, premier médecin de Henri ii et docteur régent de la Faculté de médecine de Paris. Ouvrage très utile et nécessaire pour l’usage et la pratique de la médecine dogmatique. Mis en français par le sieur Du Teil ;

  • Les vii livres de la physiologie. Composés en latin par Messire Jean Fernel, premier médecin du roi Henry ii. Traduits en français par Charles de Saint-Germain, écuyer, docteur en la Faculté de médecine, conseiller et médecin ordinaire du roi, Parisien. Dédiés à Monseigneur le procureur général, ministre d’État et surintendant des finances (v. note [4], lettre 426, pour Charles de Saint-Germain), avec cette anagramme de Nicolas Fouquet,

    Nicolaus Fouquetius
    O ! unicus sol qui favet

    [Ô toi, unique soleil qui m’accorde sa faveur !]

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 8 décembre 1637. Note 1

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0036&cln=1

(Consulté le 15.10.2021)

Licence Creative Commons