À Charles Spon, le 26 juillet 1650
Note [1]

Argenteuil (actuel département du Val-d’Oise), sur la rive droite de la Seine, à l’endroit où l’enjambait le grand chemin de Pontoise (v. note [11], lettre 280). Par-delà, il menait à Cormeilles-en-Parisis (v. note [5], lettre 11) où se trouvait la maison des champs des Janson, beaux-parents de Guy Patin (qui allait bientôt en hériter). Fameuse pour ses vignobles et ses moulins, Argenteuil l’était aussi pour son abbaye Notre-Dame (v. note [92] du Faux Patiniana II‑7), lieu de pèlerinage très fréquenté par les adorateurs de la Sainte Tunique du Christ, encore vénérée de nos jours.

Pontoise, sur la rive droite de l’Oise, envron 27 kilomètres au nord-ouest de Paris, se situe aux confins de l’Île-de-France et de la Normandie. Aujourd’hui préfecture du Val-d’Oise, elle avait longtemps été rattachée au bailliage de Gisors, et était encore considérée comme normande au xviie s.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 26 juillet 1650. Note 1

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0237&cln=1

(Consulté le 07.12.2022)

Licence Creative Commons