À Hugues de Salins, le 6 mars 1655
Note [1]

Guy Patin envoyait à Hugues de Salins la première thèse quodlibétaire (v. note [3], lettre 384) et la cardinale de Charles Patin, Estne nutricis subfuscæ lac salubrius ? [Le lait d’une nourrice à peau brune est-il plus salubre ?] (conclusion affirmative), que Denis Allain avait présidée le 18 février précéden. La seconde quodlibétaire de Charles, le 9 décembre 1655, allait porter sur la question An pestilenti febri sudorifica ? [Faut-il employer les sudorifiques dans la peste ?] (négative), sous la présidence de Claude Quartier (v. note [57] des Décrets et assemblées de la Faculté de médecine en 1651‑1652).

V. note [16], lettre 392, pour le récit de la grande harangue que Guy Patin avait prononcée pour son admission au Collège royal de France, qui occupait les locaux du Collège de Cambrai (v. note [15], lettre 153).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Hugues de Salins, le 6 mars 1655. Note 1

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0393&cln=1

(Consulté le 08.08.2020)

Licence Creative Commons