À André Falconet, le 13 novembre 1665, note 1.
Note [1]

Ce premier numéro des Nouvelles sur les Sciences (Paris, Pierre De Bats, René Guignard et Philippe D’Arbisse, daté du mercredi 18 novembre 1665, in‑fo {a} de 8 pages) {b} contient un commentaire sur Les Comètes expliquées, par Gilbert et Pison (pages 2‑6), et des Observations de Schokius {c} et de quelques autres sur le lait et sur les remèdes qu’on en peut tirer (pages 6‑8).

L’avant-propos, « par D.E.D. », {d} explique l’intention du nouveau journal :

« On a jugé que les sciences, divisées pour chaque semaine en discours, lettres, avertissements ou autres remarques, pouvaient recevoir le nom de Nouvelles, souvent pour leur matière et toujours pour leur façon. Le dessein néanmoins, n’en est pas entièrement nouveau et les seules occupations de l’auteur l’ont obligé depuis quelque année de ne le mettre à effet qu’à la fin de celle-ci. Mais parce qu’il n’est point de science à laquelle le temps n’ajoute de la beauté et que les nouvelles que l’on en peut donner ne vieillissent point comme les autres, elles en seront sans doute plus agréables. Au reste, la principale raison pourquoi l’on a d’abord parlé du dessein de cet ouvrage, c’est pour ne le confondre pas avec celui des Conférences que l’on faisait autrefois au Bureau d’adresse, {e} ni moins encore avec le Dénombrement et la Censure des auteurs nouvellement imprimés. {f} Ceux que vous verrez ici sont estimés universellement et nul ne les blâme guère s’il approuve d’autres que lui ; néanmoins, on n’est pas garant de toutes leurs opinions. Comme vous le pourrez lire, vous en pourrez encore juger. »


  1. Le format que Guy Patin appelait « demi-feuilles » est un petit in‑fo (4 pages par cahier).

  2. Du mercredi 18 novembre 1665 au mercredi 3 février 1666 (avec interruption du 16 décembre 1665 au 13 janvier 1666), il n’a paru que dix numéros ; puis le titre a été changé en celui de Recueil des nouvelles sur les sciences.

  3. Sic pour Schoockius : v. note [7], lettre 760, pour le livre de Marten Schoock sur le beurre et le fromage (Groningue, 1664), qui est particulièrement analysé dans cet article.

  4. Nul n’est parvenu à décrhiffrer les initiales de D.E.D.

  5. V. note [15], lettre 324.

  6. Le Journal des Sçavans, v. note [6], lettre 814.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 13 novembre 1665, note 1.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0846&cln=1

(Consulté le 23/04/2024)

Licence Creative Commons