À Johann Theodor Schenck, le 1er octobre 1665
Note [1]

À plusieurs reprises pendant un séjour d’une année à Paris, et à nouveau en 1669, Guy Patin a parlé d’un jeune allemand dénommé Elsner, natif de Breslau en Silésie (Wroclaw, v. note [6], lettre 17), venu perfectionner ses connaissances médicales, en le prénommant Georg, puis Joachim.

Joachim Georg Elsner, mort en 1676, s’installa à Breslau après avoir étudié en Italie. Membre de l’Académie des Curieux de la Nature (v. note [1], biographie de Philipp Jakob Sachs), il a publié quelques mémoires et ouvrages qui n’ont guère laissé de trace dans les bibliographies. Z. in Panckoucke ajoute que c’est Elsner « qui a démontré le premier que le blanc de baleine existe dans la tête des cachalots ».

Il avait alors déjà disputé une Dissertatio physica de calido innato viventium, cumprimis vero animalium perfectiorum. Quam in illustri celeberrimaque ad Salam Academia, præside viro amplissimo, excellentissimo ac præclarissimo Dn. M. Casparo Posnero, Philosoph. Natural. Prof. publ. ordin. celeberrimo, Præceptore, Hospite et Patrono suo, nullo non honoris et observantiæ affectu jugiter devenerando, publico examini exponit Joachimus Georgius Elsner Vratislaviensis, ad d. xxiii. Decembr. horis locoque solitis [Dissertation physique sur la Chaleur innée des êtres vivants, mais en tout premier des animaux supérieurs. Joachim Georg Elsner, natif de Breslau l’a soumise à l’examen public le 23e jour de décembre, aux heures et lieu habituels, sous la présidence du très éminent, très remarquable et très brillant M. Caspar Posner (1626-1700), très célèbre professeur public ordinaire de philosophie naturelle en l’Université (d’Iéna) sur la Saale, son précepteur, hôte et protecteur, qu’il doit vénérer continuellement, non sans attachement pour l’estime et le respect qui lui sont dus] (Iéna, Samuel Krebs, 1663, in‑4o).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johann Theodor Schenck, le 1er octobre 1665. Note 1

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1407&cln=1

(Consulté le 17.09.2019)

Licence Creative Commons