À Sebastian Scheffer, le 14 avril 1667, note 1.
Note [1]

Guy Patin dressait une liste des livres qu’il attendait, expédiés de Francfort par les soins de Sebastian Scheffer.

  • Patin avait aidé le libraire Johann Baptist Schönwetter à obtenir le privilège lui permettant de publier les « Quæstiones medico-legales » de Paolo Zacchias, rééditées par Johann Daniel Horst (Francfort, 1666, v. note [3], lettre latine 380) ; sans doute voulait-il le remercier en lui en envoyant un exemplaire.

  • V. note [4], lettre latine 295, pour l’Historia plantarum generalis [Histoire générale des plantes] de Johann Theodor Schenck (Iéna, 1656), que Patin espérait depuis plus de deux ans (v. note [2], lettre latine 412).

  • Les lettres ultérieures identifient Kornmann comme l’auteur de la Sibylla Trig-Andriana seu de Virginitate, virginum statu et jure tractatus novus et jucundus : ex Jure Naturali, Divino, Canonico et Civili ; Scriptoribus Ecclesiasticis et Prophanis, in gratiam Physicorum, Medicorum, Theologorum, et Juridicorum, paratus. Per Henricum Kormannum ex Kirchaina Chattorum : cui accedunt eiusdem Authoris Tractatus duo de Linea Amoris et de Annulo usitato, sponsalito, et signatorio. Editio ultima prioribus emendatior [La Sibylle Trig-Andrienne, ou nouveau traité sur la Virginité, l’état et le droit des vierges, tiré du droit naturel, divin, canonique et civil, des écrivains ecclésiastiques et profanes ; préparé à l’intention des naturalistes, des médecins, des théologiens et des juristes. Par Heinrich Kornmann, de Kirchhain ; auquel s’ajoutent deux traités du même auteur, la Linea amoris (cour amoureuse) et la Bague coutumière, maritale, et de cachet] (La Haye, Adriaan Vlacq, 1654, in‑12). En parcourant le livre, je n’ai pas trouvé l’explication du qualificatif Trig-Andrien (qui signifie, étymologiquement, pourvu de trois testicules, en médecine, ou de trois étamines, en botanique).

    Le titre de la première édition (Francfort, Matthias Becker, 1610, in‑12) s’assortit de ce sommaire abrégé :

    Virginitatis status laudatur,
    Virginum iura pertractantur,
    Multa iocunda iocunde leguntur,
    Multa antiquorum monimenta explicantur,
    Quæsita Physica, Medica, Theologica et Iuri-
    dica accuratius et plenius resolvuntur
    .

    [L’état de virginité y est glorifié ;
    les droits des vierges y sont traités en détail ;
    beaucoup de choses agréables s’y lisent plaisamment ;
    de nombreux écrits antiques y sont expliqués ;
    les questions naturelles, médicales, théologiques et juridiques y sont résolues très soigneusement et complètement].

    Cette première édition est assortie de la Linea amoris, sive Commentarius in versiculum gl. Visus, Colloquium, Convictus, Oscula, Factum. in l. 23. ff. ad I. Iuliam. de adulteriis [La Cour amoureuse, ou un commentaire concernant ce passage de la loi Julia sur les adultères (promulguée par l’empereur Auguste en 18 av. J.‑C.) : « le Regard, l’Entretien, la Séduction, le Baiser, le Fait accompli »].

    Heinrich Kornmann (Henricus Kornmannus ; Kirchhain, Hesse 1580-ibid. 1640), jurisconsulte allemand, docteur en droit civil et canonique, a publié plusieurs ouvrages traitant des coutumes et des lois romaines. Son traité de Virginitate connut un beau succès, avec plusieurs rééditions jusqu’au xviiie s., ce qui lui a valu une mention dans le dictionnaire de Bayle : « La matière est grande et fertile ; mais cet auteur ne fait que courir, il n’approfondit rien et ne débite que des choses très communes ; il est fort propre pour ceux qui aiment la brièveté. » Après avoir parcouru son livre, j’y ajouterai « pour ceux qui ne répugnent pas à la lubricité », car Kornmann, tout en restant allusif, excite l’imagination du lecteur en se complaisant à disserter doctement sur des sujets scabreux.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Sebastian Scheffer, le 14 avril 1667, note 1.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1461&cln=1

(Consulté le 29/05/2024)

Licence Creative Commons