À André Falconet, le 3 janvier 1659
Note [14]

Guy Patin faisait allusion aux morts violentes assassinats des rois de France Henri ii (au cours d’un tournoi en 1559), Henri iii (assassinat en 1589) et Henri iv (assassinat en 1610), puis des deux guisards, Henri ier de Lorraine, duc de Guise, le Balafré, puis de son frère, Louis ii de Lorraine, cardinal de Guise, assassinés aux états de Blois, par l’ordre du roi, Henri iii, en décembre 1588 (v. note [1], lettre 463), puis de Concino Concini, maréchal d’Ancre (assassinat en 1617).

Charles de Gontault, maréchal-duc de Biron (1562-1602), fils aîné du maréchal Armand de Gontault (vers 1524-1592), baron de Biron, avait acquis beaucoup de réputation dans les batailles au service du roi Henri iv qui le nomma amiral de France en 1592, charge dont il se démit en 1594 pour être fait maréchal de France et pourvu du gouvernement de Bourgogne. En 1598, le roi érigea en duché-pairie la baronnie familiale de Biron et continua d’employer le maréchal-duc à des missions militaires et diplomatiques. « Toute la confiance de son maître, tant de grâces et d’honneurs ne l’empêchèrent pas d’être ingrat envers ce prince. Il traita avec le duc de Savoie et les Espagnols, ennemis de l’État, qui le flattèrent de lui donner en souveraineté le duché de Bourgogne et la Franche-Comté pour dot d’une fille du roi d’Espagne ou du duc de Savoie qu’ils promettaient de lui donner en mariage. Son obstination fut si grande de nier sa faute au roi, qui le sollicita diverses fois de la lui avouer, que Sa Majesté le mit entre les mains de la justice, quoiqu’avec peine. Ayant été convaincu du crime de lèse-majesté, il fut condamné d’avoir la tête coupée ; ses biens furent confisqués et le duché de Biron fut éteint. Cet arrêt fut exécuté dans la cour de la Bastille le 31 juillet 1602, en la quarantième année de son âge, et son corps fut enterré dans l’église de Saint-Paul » (Moréri).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 3 janvier 1659. Note 14

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0551&cln=14

(Consulté le 03.12.2020)

Licence Creative Commons