À Gerardus Leonardus Blasius, le 28 janvier 1661, note 14.
Note [14]

Page 76, Guy Patin relevait trois coquilles d’imprimerie dans une liste d’auteurs (mise au cas génitif) qui ont disserté sur l’action de la rate : Porthii, Iesseni, […] De la Chambro.

  • Johannes Posthius (Johann Posth ; Germescheim, Bas-Palatinat 1537-Mosbach 1597) avait étudié à Montpellier sous Laurent Joubert et Guillaume Rondelet, et reçu le bonnet de docteur en médecine à Valence (Dauphiné, v. note [18], lettre 371) en 1567. Il pratiqua la médecine dans les Flandres puis auprès de divers princes allemands. La mention de Geradus Leonardus Blasius renvoyait aux :

    Realdi Columbi Cremonensis in almo Gymnasio Romano Anatomici celeberrimi, De re Anatomica libri xv. Hisce iam accesserunt Ioannis Posthii Med. D. Observations Anatomicæ.

    [Les 15 livres d’Anatomie de Realdo Colombo, {a} natif de Crémone, très célèbre anatomiste de l’auguste Collège de Rome. Les Observations anatomiques de Johannes Posthius, docteur en médecine, y ont maintenant été ajoutées]. {b}


    1. V. notule {d}, note [49] du Procès contre Jean Chartier.

    2. Francfort, Ioannes Wechelus, 1590, in‑8o.

    Posthius y conteste (livre xi, chapitre vii, page 425‑426) que la rate ait pour unique fonction de recueillir, à la manière d’une éponge et comme avait enseigné Galien, l’humeur atrabilaire épaisse et terreuse (produite par les capsules surrénales), considérant qu’elle joue aussi un rôle dans la nutrition.

  • Johannes Jessenius a Jessen (Ján Jesenský, Wrocław [Breslau], Pologne 1566-Prague 1621), professeur de médecine à Wittemberg, s’engagea politiquement contre l’empereur germanique et périt sur l’échafaud.

    Il est auteur de l’Anatomiæ, Pragæ, Anno M.D.C. abs se solenniter administratæ historia. Accessit eiusdem de ossibus tractatus [Histoire de l’Anatomie, qu’il a solennellement présentée à Prague en l’an 1600. Avec son traité sur les os] (Wittemberg, Laurentius Seuberlich, 1601, in‑8o). Pour lui (Administratio tertia, pages 49 ro‑vo), la rate sert moins à accumuler la bile noire qu’à élaborer le sang (ce qui est plus proche des conceptions modernes), en coopération avec le foie.

  • Marin Cureau de La Chambre (v. note [23], lettre 226) a disserté sur les fonctions de la rate dans ses Nouvelles conjectures sur la digestion (Paris, Pierre Rocolet, 1636, in‑4o). De la préparation des esprits vitaux tirés de la nourriture, il écrit (art. 50, page 60) :

    « je croirais volontiers que la rate a grande part dans cette économie, et que sa principale fonction est de préparer ces esprits qui doivent dissoudre les aliments. »

    Cette action digestive de la rate n’a reçu aucune confirmation, mais aurait été parfaitement exacte pour le pancréas.

Les fonctions de la rate ne sont probablement pas encore toutes connues, mais elle intervient dans la défense immunitaire (notamment contre certaines infections bactériennes), ainsi que dans la formation du sang (durant la vie fœtale) et dans son épuration (élimination des globules rouges vieillis).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Gerardus Leonardus Blasius, le 28 janvier 1661, note 14.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1187&cln=14

(Consulté le 23/04/2024)

Licence Creative Commons