Annexe : Procès opposant Jean Chartier à Guy Patin en juillet 1653, note 49.
Note [49]

Étonnant novateur du xvie s., Michel Servet (Miguel Servet ou Serveto, alias Michel de Villanueva, Michael Villanovanus ; Villanueva de Sigena en Aragon 1509 ou 1511-Genève 1553) avait consacré sa jeunesse à l’étude des langues anciennes, de la théologie et du droit, en Espagne puis à Toulouse. Entré au service du dominicain Juan de Quintana (mort en 1534), confesseur de Charles Quint, il voyagea en Allemagne et en Italie ; mais les fastes de l’Église romaine attirèrent bientôt le jeune érudit vers la Réforme protestante. Il publia alors son premier livre de théologie qui niait les doctrines de la Trinité, du péché originel et de la justification, {a} et qui menèrent catholiques comme protestants à le tenir pour hérétique : De Trinitatis erroribus libri septem [Sept livres sur les erreurs de la Trinité] (sans lieu, 1531). {b} Il en reprit et développa les préceptes dans plusieurs autres traités, pour conclure avec l’anonyme :

Christianismi Restitutio. Totius Ecclesiæ apostolicæ est ad sua limina vocatio, in integrum restituta cognitione Dei, fidei Christi, justificationis nostræ regenerationis baptismi et coenæ Domini manducationis. Restituto denique nobis regno cœlesti, Babylonis impiæ captivitate soluta, et Antichristo cum suis penitus destructo.

[Rétablissement du christianisme : la vocation de l’Église apostolique tout entière réside dans ses propres limites, dans la connaissance de Dieu intégralement rétablie, dans la foi du Christ, dans la justification de notre propre régénération par le baptême et par l’Eucharistie, et enfin dans le règne céleste qui a été rétabli pour nous après que la captivité dissolue de Babylone, l’impie, et que l’Antéchrist, accompagné de ses adeptes, l’eurent complètement détruit]. {c}


  1. V. note [19], lettre 970.

  2. V. notule {a‑i}, note [4] du Patiniana I‑4.

  3. Sans nom ni lieu, 1553, in‑8o de 733 pages, qui regroupe toutes les œuvres théologiques de Servet, et dont presque tous les exemplaires furent brûlés avec leur auteur sur ordre de Jean Calvin.

    V. notes [45] du Naudæana 4 pour l’invraisemblable attribution à Servet du « Traité des trois imposteurs », et [2] du Patiniana I‑4 pour son édition de la Géographie de Ptolémée (Lyon, 1535).


Vers 1537, Servet s’était rendu à Paris pour étudier la médecine auprès de maîtres tels que Sylvius (Jacques Dubois) et Jean Fernel. Il y publia un ouvrage intitulé :

Syruporum universa Ratio, ad Galeni censuram diligenter expolita. Cui, post integram de concoctione disceptationem, præscripta est vera purgandi methodus, cum expositione aphorismi : Concoctu medicari. Michaele Villanovano authore.

[Explication universelle des sirops, soigneusement polie en conformité avec le jugement de Galien ; où, après une discussion complète sur la concoction, {a} est prescrite la véritable méthode pour purger, avec l’explication de l’aphorisme : Soigner par concoction. Par Michel de Villeneuve]. {b}


  1. Digestion des aliments.

  2. Venise, Vincentius Valgrisius, 1545, in‑8o de 126 pages ; première édition à Paris, 1537.

Un autre livre lui attira les foudres de la Faculté, comme en attestent les Comment. FM.P., tome v, fos 97 ro‑98 ro, relatant des faits survenus en février-mars 1538, pendant la 4e année du décanat de Jean Tagault : {a}

De Astrologo quodam Divinatore Villanovano.

Quidam scolasticus medicinæ, Michael Villanovanus, natione hispanus, aut ut dicebat navarrus sed hispano patre progenitus, anno 1437. professus fuerat aliquot dies iudiciariam seu divinatricem astrologiam Parisiis, quam lectionem reliquit, opere non absoluto, quia audiret iudiciariam illam astrologiam damnari a Doctoribus medicis parisiensis facultatis, tum in suis lectionibus, tum in publicis quæ in scolis medicinæ fiebant, disputationibus. Indignatus ille Villanovanus, quod eius professio et divinatio sic a multis damnaretur et confutaretur apologiam quamdam typis excudendam dedit ; et evulgavit, in qua particulares quosdam medicos Doctores, conviciis incessebat imo vero et totum ordinem, seu collegium medicorum parisiensum inscitiæ arguebat. Bella, pestes, oppressionem ecclesiæ prædicebat. Omnia quæ in homine sunt a cælo pendere et astris adstruebat, et ut facilius imperitiis imponeret veram astronomiam cum divinatrice astronomia confundebat. Duobus tribusve mecum (qui hinc Decanus eram) assumptis doctoribus, illum summonui, ut apologiam illam non æderet in lucem, sed illam supprimeret, alioquin futurum ut illum eius facti pæniteret. Non paret monitis, mihi etiam illum commoventi, verbis acerbioribus iniuriatur, presentibus scolasticis plurimis, et duobus tribusve doctoribus in area nostræ scolæ, post dissectum corpus humani, quod illemet Villanovanus cum aliquo Chirurgo dissecuerat. Pergit pertinax in proposito, imprimunur apologiæ. Illas omnes accipit et passim dispergit. Porrigo supplicem libellum senatui quo petimus, ut apologiæ illæ venales non exponat. Subscriptum est ostendatur procuratori generali Regis. Iterum presentatur supplicatio eodem senatui per advocatum regium Raimundum subscriptum est. Compareat Dictus Villanovanus die crastina mane hora septima in curia. Ille temeraria quadam fretus audacia comparuit. Illic adsum cum aliquot doctoribus medicis. Eo die ob impedimenta curiæ nihil actum est. Acedimus semel adhuc atque iterum, sed re insecta recedimus. Peto interim in plena congregatione Universitatis apud matutinos adiunctionem ipsius Universitatis. Singulæ facultates mihi illam lubentissime concesserunt. Mittit ad me Villonovanus Italos aliquot qui me rogabant, ut tumultus iste sedaretur, annuo et consentio, modo reus culpam fateretur coram facultate, ille venit. Iactat se passim triumphaturum de Decano et medicis illis in quos invehebatur. Prædicat, et tota rumorem spargit in urbe. Neque facultatem medicinæ, neque Universitatem negotium eiusmodi curare. In aliis comitiis Universitatis, falsum illum rumorem extinguo. Petoque confirmationem adiunctionis mihi iam datæ pro facultate medicinæ. Singules facultates facile quod peto concedunt, et multo maiora. Nam et ex singulis facultatibus deliguntur aliquot viri qui me ad senatum comitarentur astarentque audientiæ. Patronos duos convenio. Dominum Seigner advocatum Universitatis et M. Iacobum Le Febvre, quem patronum facultatis delegeram. Illos quid dicturi erunt et proposituri coram senatu instruo. Instructi et parati accedunt xviii. Martii, accersimus a senatu. Aderant mecum tres theologi Divi doctores, medici, Decanus facultatis iuris pontificii et procurator generalis Universitatis. Res igitur apud senatum januis clausis, Seignier primus pro Universitate patrocinatur. Le Febvre secundus pro facultate medicinæ. Marillac tertius pro astrologo divinatore, qui nihil habebat quo posset illum tutari. Raimundus patronus regius, post illos egregie oravit. Itaque ab eo et patronis nostris multis sententiis et rationibus damnata est et confutata Astrologia iudicaria et divinatrix. In quam etiam prius apud Universitatem semel atque iterum longa satis oratione declamaveram. Primus præses in illam multis verbis etiam debacchatus est, Astrologum illum arguit, et acerbe increpat. Consulit senatores, qui (dum Astrologi Divinationes a patronis recensebantur) omnes in illum dentibus (nec immerito) frendebant. Sententia tandem a præside profertur. Sed mitis satis, quoniam dictus Astrologus, omnia quæ dixerat et scripserat abrogabat, nec se amplius defensorem faciebat, iudicariæ illius Astrologiæ, omni iure interdictæ a prophetis, sanctis convitiis et Catholicis doctoribus damnatæ atque ab optimis quibusque philosophis et medicis aut irrisæ aut confutatæ. Sententia autem talis fuit. Inhibitum est illi ne post hac profiteretur parisiis iudiciariam astrologiam et ne quemque medicorum parisiensium verbo aut scriptis lacesseret, sub amenda arbitraria et pena carcerii.

Nota de arrestis, in honorem et utilitatem facultatis obtentis.

Datum est super hac re arrestum, quo cavetur ne quis deinceps Astrologam iudicariam et divinatricem parisiis profiteatur. Item ne ullæ deinceps prognosticationes, aut Almanach imprimantur aut venalia exponantur, nisi prius fuerint visitata, et approbata, per Doctores duos unum quem theologum et alterum medicum. Arrestum asservatur in archa facultatis cum duobus aliis quæ tempore nostri Decanatus obtinuimus a supremo Senatu contra Pharmacopolas et Empiricos.

[À propos d’un certain Villanovanus, astrologue judiciaire.

En l’an 1437, un dénommé Michael Villanovanus, écolier de médecine, Espagnol de nation ou, disait-il, Navarrais, mais né d’un père espagnol, avait professé l’astrologie judiciaire ou divinatoire à Paris pendant quelques jours. Il avait interrompu son cours avant de l’avoir achevé, ayant appris que les docteurs de la Faculté de médecine de Paris avaient interdit l’astrologie judiciaire tant dans les leçons qu’on donne en leurs écoles, que dans les disputations qui s’y tiennent publiquement. Ledit Villanovanus s’indigna que beaucoup aient condamné et réfuté de la sorte son enseignement et sa divination. Il en fit imprimer et divulgua une Apologia, {b} où il lançait des propos injurieux contre certains docteurs en médecine particuliers, voire contre leur Compagnie tout entière, ce qui revenait à taxer d’ignorance les Collège des médecins de Paris. Il prédisait guerres, fléaux, oppression de l’Église ; il affirmait que tout ce qui est en l’homme dépend du ciel et des astres ; et pour en imposer plus facilement aux naïfs, il entremêlait l’astronomie et l’astronomie judiciaire. {c} Deux ou trois docteurs volontaires se joignirent à moi (qui étais alors doyen) pour lui conseiller confidentiellement de ne pas publier cette Apologia, mais de la supprimer, faute de quoi il aurait à se repentir de ne pas l’avoir fait. Ledit Villanovus n’obéit pas aux mises en garde et même, quand je le secouai, après qu’il avait disséque un cadavre avec un chirurgien, il m’accabla de mots fort amers dans la cour de notre École, en présence de nombreux écoliers et de deux ou trois docteurs. Il s’obstina à faire imprimer son Apologia, dont il reçut les exemplaires qu’il répandit de tous côtés. Je présentai une requête devant le Parlement, où nous demandions d’interdire la mise en vente de cette Apologia, laquelle nous avons signée et présentée au procureur général du roi. Cette plainte fut en outre signée et transmise au dit Parlement par l’avocat du roi, Raimond, {d} afin que ledit Villanovus comparût devant la Cour le lendemain à sept heures du matin : ce qu’il fit avec autant de témérité que de confiante audace, moi présent avec quelques docteurs en médecine ; mais la Cour en étant empêchée ce jour-là, elle ne décida rien. Nous y retournâmes à plusieurs reprises sans que le litige fût tranché. Sur ces entrefaites, j’en appellai au soutien de l’Université, lors de ses réunions matinales. Toutes les facultés {e} me l’accordèrent très volontiers. Villanovus m’envoya quelques Italiens, qui me demandèrent de mettre un terme à cette agitation : j’acceptai et consentis à condition que l’accusé avoât sa faute devant la Faculté ; il vint, mais se vanta à tort et à travers qu’il allait triompher du doyen et des médecins contre qui il s’était mis en colère ; il le fit savoir et en répandit la rumeur par toute la ville. Ni la Faculté de médecine ni l’Université ne se soucièrent de cette affaire, car j’éteignis cette fausse rumeur au cours d’autres assemblées de l’Université, en y demandant la confirmation du soutien qu’elle m’avait précédemment concédé en faveur de la Faculté de médecine. Chacune des facultés accéda à ma prière et fit bien mieux encore en désignant quelques maîtres qui m’accompagneraient au Parlement et assisteraient aux audiences. Je m’adjoignis deux avocats : Monsieur Seigner plaiderait pour l’Université, et j’avais choisi M. Jacques Le Febvre pour défendre la Faculté. Je les intruisis tous deux sur ce qu’ils auraiennt à dire et faire valoir devant le Parlement. Ils vinrent ainsi avisés et préparés le 18e de mars, jour de notre comvocation par la Cour. J’étais accompagné de trois docteur en sainte théologie, du doyen de la Faculté de droit canonique et du procureur général de l’Université. {f} Lors du procès à huis clos, Seigner plaida le premier pour l’Université ; Le Febvre ensuite, pour la Faculté de médecine ; et enfin Marillac, pour l’astrologue divinatoire, sans rien qui le pût protéger Après eux, Raimond, l’avocat du roi, a excellemment discouru. C’est ainsi que, grâce à lui et à nos avocats, à leurs abondants propos et arguments, l’astrologie judiciaire et divinatoire a été condamnée et réfutée. J’avais précédemment et assez longuement discouru contre elle à plusieurs reprises devant l’Université. Le premier président {g} s’est aussi copieusement déchaîné à son encontre, convaincant cet astrologue d’erreur et le réprimandant vertement. Il a délibéré avec les magistrats qui, tandis que les avocats recensaient les divinations de notre astrologue, avaient tous grincé tous des dents contre lui (et non sans qu’il le méritât). La sentence finalement prononcée par le président fut néanmoins assez douce parce que ledit astrologue avait révoqué tout ce qu’il avait dit et écrit, et ne se présentait plus comme défenseur de cette astrologie judiciaire qu’ont interdite et condamnée les prophètes, les saintes assemblées et les docteurs catholiques, et qu’ont ridiculisée ou réfutée tous les plus éminents philosophes et médecins. Il est désormais prohibé de professer l’astrologie judiciaire à Paris, tout comme d’inciter, par parole ou écrits, quelque médecin de Paris que ce soit à la pratiquer, sous peine d’amende arbitraire {h} et d’emprisonnement.

Avis sur les arrêts obtenus pour préserver l’honneur et l’utilité de la Faculté. {i}

En la matière a été rendu un arrêt qui interdit dorénavant à quiconque de professer l’astrologie judiciaire et divinatoire à Paris ; ainsi que d’imprimer ou vendre toute pronostication et de tout almanach, sans qu’ils aient préalablement été examinés et approuvés par deux docteurs, l’un de théologie et l’autre de médecine. {j} Le présent arrêt sera conservé dans le coffre de la Faculté, avec les deux autres que nous avons obtenus devant la Grand’Chambre du Parlement pendant la durée de notre décanat, contre es pharmaciens et les empiriques]. {k}


  1. Il me semble utile d’ajouter l’intégralité de cette pièce inédite à l’excellent opuscule de Charles Dardier, pasteur réformé de Nîmes, intitulé Michel Servet d’après ses plus récents biographes (Extrait de la Revue historique, Paris, 1879, in‑8o de 54 pages).

    V. note [4], lettre 139, pour Jean Tagault, dont le décanat a eu la durée exceptionnelle de quatre ans.

  2. Michaelis Villanovani in quendam medicum Apologetica disceptatio pro Astrologia [Argumentation apologique de Michael Villanovus pour l’Astrologie, contre un certain médecin] (sans lieu, ni nom ni date, in‑8o) ; à l’instar de plusieurs autres chercheurs, Henri Tollin, licencié en théologie, a donné une édition critique de ce livre dont ne subsiste qu’un nombre infime d’exemplaires : Berlin, H.R. Mecklenburg, 1880, in‑8o, pages 21‑45.

    L’introduction de ce texte établit qu’il a été remanié peu avant la condamnation du Parlement, car il mentionne au passé tout récent la date du 12 février 1538 ; mais elle ne permet pas à mon avis d’identifier le quidam medicus q’il attaquait particulièrement.

  3. V. note [8], lettre 61, pour la proximité qui existait au xviie s. entre ce que nous appelons à présent, sans aucune ambiguité, l’astronomie et l’astrologie, qu’on distinguait alors de sa noble discipline sœur en la qualifiant de judiciaire ou divinatoire.

  4. Pierre Raimond (ou Rémond) avait été nommé avocat général au Parlement de Paris en janvier 1534 ; il devint plus tard président au mortier à Rouen puis à Paris (Popoff, no 145).

  5. Arts, théologie, médecine et droit canonique : v. note [8], lettre 679.

  6. Autrement nommé syndic ou procureur fiscal de l’Université, v. note [27] des Décrets et asemblées de la Faculté de médecine en 1650-1651.

  7. Pierre Lizet, v. supra note [24].

  8. Laissée à l’estimation des juges.

  9. L’italique marque un net changement de plume dans le manuscrit : beaucoup plus petite et nette, elle me paraît ne plus être du doyen Tagault (qui a sûrement lui-même écrit la première partie de ces trois pages).

  10. L’intérêt que la Faculté de théologie (la Sorbonne) à porté à cette affaire peut laisser penser que l’astrologie judiciaire n’a pas été le seul motif de la condamnation de Servet : ses sept livres « sur les erreurs de la Trinité » (1531, v. supra première notule {b}) y étaient sans doute aussi pour quelque chose.

  11. Guy Patin a rédigé son mémoire contre Jean Chartier immédiatement après son décanat, c’est-à-dire dans une période où il avait eu libre accès à la collection des Commentaires de la Faculté. Il n’en a pourtant pas exhumé la condamnation parisienne de Servet : le nom de Villanovus perdu dans la forêt des plumes latines décanales lui a sans doute échappé, car on ne trouve dans ces volumes que les textes dont on suppose l’existence et connaît la date approximative de rédaction.

Après avoir reçu le bonnet de docteur en médecine à Montpellier en 1539, Servet alla exercer à Charlieu en Roannais (Loire), puis à Vienne en Dauphiné (Isère) où il gagna l’amitié et la protection de Pierre Palmier, archevêque de Vienne (de 1528 à 1554).

La parution de la Christianismi Resolutio fournit à Jean Calvin, le théocrate de Genève, l’occasion de se venger des nombreuses insultes que Servet avait prononcées contre lui : il dénonça l’hérétique à l’évêque catholique qui fit emprisonner Servet ; parvenu à s’échapper, il alla se jeter dans les griffes de son ennemi à Genève ; traité en criminel, il périt sur le bûcher le 25 octobre 1553. V. notes [3], [4] et [5] du Patiniana I‑4 pour de copieux détails sur l’hérésie et l’exécution de Servet.

Servet fut aussi et peut-être surtout celui qui posa un jalon de première importance dans la compréhension de la circulation du sang (v. note [12], lettre 177) ; Sprengel (tome iv, pages 34‑35) :

« Après Vésale, {a} Michel Servet soutint aussi que la cloison {b} est entièrement solide, et se servit de cet argument pour établir la théorie de la circulation pulmonaire, dont on trouve en effet les premières traces dans ses écrits. Il dit {c} que l’esprit vital des artères pénètre dans les veines par les anastomoses qui unissent ces deux ordres de vaisseaux, car il n’est pas une seule partie du corps dans laquelle, ainsi que Vésale en avait déjà fait la remarque, chaque veine n’ait une connexion intime avec l’artère qui lui correspond. Le sang ne peut passer de l’oreillette droite dans la gauche au travers de la cloison qui est absolument imperméable. Il faut donc qu’il traverse les poumons où il se charge de l’esprit vital contenu dans l’air atmosphérique et revient ensuite au cœur. De ce que l’artère pulmonaire est extrêmement volumineuse en proportion des veines correspondantes, de ce qu’elle est constamment accompagnée par ces dernières et de ce qu’il existe des vaisseaux destinés à la nutrition du poumon, Servet conclut que l’artère pulmonaire n’a pas uniquement pour objet de porter la nourriture à l’organe respiratoire. D’ailleurs, le mélange de l’esprit vital avec le sang ne saurait avoir lieu ni dans l’une ni dans l’autre des deux oreillettes parce qu’aucune n’est assez spacieuse pour servir à cet usage. Telle est donc la première trace de la petite circulation. {d} Après la publication de l’ouvrage de Servet, Columbus {e} donna la petite circulation comme une découverte qui lui appartenait et la fit connaître, selon sa coutume, avec une emphase extraordinaire. » {f}


  1. Immortel auteur de la Fabrica (Bâle, 1543, v. note [18], lettre 153).

  2. La cloison qui sépare les cavités cardiaques droites des gauches.

  3. Dans sa Christianismi restitutio.

  4. Celle qui, à travers les poumons, mène le sang du ventricule droit à l’oreillette gauche (vLa circulation du sang expliquée à Mazarin).

  5. Matteo Realdo Colombo (Crémone 1510-Padoue 1559), successeur d’André Vésale dans la chaire d’anatomie de Padoue, où il aurait transmis ou volé à Michel Servet la description de la petite circulation (pulmonaire) du sang (v. infra). Colombo enseigna aussi à Rome.

  6. V. aussi Histoire d’un livre : Michel Servet et la circulation pulmonaire, par M. Achille Chéreau… (Lecture faite à l’Académie de médecine de Paris dans sa séance annuelle et publique du 15 juillet 1879, Paris, G. Masson).

    Guy Patin ne possédait probablement pas ce livre très rare et ne devait s’y intéresser que par ouï-dire, pour la peine capitale qu’il avait valu à son auteur, mais sans aucun égard pour la très surprenante description de la circulation du sang qu’il contient.


Le saisissant paragraphe médical de Servet se trouve à la page 170 de son Christianismi restitutio, dans le De Trinitate divina liber quintus, in quo agitur de Spiritu Sancto [De la Trinité divine, livre v, où il est question de l’Esprit Saint]. Il y développe l’idée que l’esprit vital de l’homme, son âme [anima], non principaliter esse in parietibus cordis, aut in corpore ipso cerebri, aut hepatis, sed in sanguine [n’est pas principalement situé dans les parois du cœur ou dans la substance même du cerveau ou du foie, mais dans le sang] : {a}

Ad quam rem est prius intelligenda substantialis generatio ipsius vitalis spiritus, qui ex aëre inspirato, et subtilissimo sanguine componitur, et nutritur. Vitalis spiritus in sinistro cordis ventriculo suam originem habet, iuvantibus maxime pulmonibus ad ipsius generationem. Est spiritus tenuis, caloris vi elaboratus, flavo colore, ignea potentia, ut sit quasi ex puriori sanguine lucidus vapor, substantiam in se continens aquæ, aëris, et ignis. Generatur ex facta in pulmonibus mixtione inspirati aëris cum elaborato subtili sanguine, quem dexter ventriculus cordis sinistro communicat. Fit autem communicatio hæc non per parietem cordis medium, ut vulgo creditur, sed magno artificio a dextro cordis ventriculo, longo per pulmones ductu, agitatur sanguis subtilis : a pulmonibus præparatur, flavus efficitur : et a vena arteriosa, in arteriam venosam transfunditur. Deinde in ipsa arteria venosa inspirato aëri miscetur, exspiratione a fuligine repurgatur. Atque ita tandem a sinistro cordis ventriculo totum mixtum per diastolem attrahitur, apta supellex, ut fiat spiritus vitalis.

[À cette fin, il faut d’abord comprendre la formation substantielle de cet esprit vital, qui tire sa composition et sa nourriture de l’air inspiré et du sang le plus subtil. L’esprit vital a son origine dans le ventricule gauche du cœur et ce sont principalement les poumons qui assurent sa production. L’énergie de la chaleur élabore cet esprit ténu ; sa couleur est rutilante et sa puissance ignée, jusqu’à être comme une vapeur brillante qui contient en elle la substance de l’eau, de l’air et du feu. Il résulte d’un mélange entre l’air inspiré et un sang délié bien élaboré, que le ventricule droit du cœur transmet au gauche. Toutefois, cette communication ne se fait pas à travers la cloison médiane du cœur, comme on le croit communément ; mais par un grand mécanisme qui pousse le sang subtil à traverser les poumons depuis ventricule droit du cœur, en un long cheminement : les poumons le préparent, il devient rutilant puis se déverse de la veine artérieuse {b} dans l’artère veineuse. {c} Ensuite, dans l’artère veineuse il se mêle à l’air inspiré et l’expiration le débarrasse de la suie qu’il contient. Et c’est ainsi qu’enfin la diastole du ventricule gauche aspire le mélange tout entier, qui est le matériau capable de former l’esprit vital].


  1. Ce paragraphe ne figurait pas dans les sept livres sur la Trinité publiés en 1531 : il ne se lit que dans la Christianismi Restitutio de 1553.

  2. Artère pulmonaire.

  3. Oreillette gauche formée par la réunion des quatre veines pulmonaires.

Certains historiens pensent (comme Chéreau) que Servet n’aurait eu que la chance d’être le premier à faire imprimer en 1553 ce qu’il avait appris en suivant les cours de Realdo Colombo (v. supra notule {d}) lors d’un séjour à Padoue (probablement vers 1540). Collègue et rival de Vésale, Colombo lui-même n’a publié la petite circulation qu’en 1559, en termes tout aussi clairs que ceux de Servet, au livre vii, De corde et arteriis [Du cœur et des artères] de ses De Re anatomica libri xv [Quinze livres d’Anatomie] qui parurent juste après sa mort (Venise, Nicolaus Bevilacqua, in‑4o). V. note [55], lettre 97, pour la contribution plus tardive (1571) d’Andrea Cesalpino à ce chapitre majeur de l’anatomie.

En 1924, le médecin égyptien Muhyo Al-Deen Al-tatawi a mis au jour un commentaire manuscrit du Canon d’Avicenne conservé par la Staatsbibliothek de Berlin, écrit en 1242 par le médecin arabe Ibn Nafis (Damas vers 1210-Le Caire 1288), qui contient la plus ancienne description connue de la petite circulation. Colombo, dit-on, en aurait eu connaissance en lisant les Principis Avic. Libri Canonis necnon de Medicinis cordialibus et Cantica… [Livres du Canon du prince Avicenne et sur les Médicaments cordiaux, ainsi que ses Cantiques…] (Venise, Lucantonio Giunta, 1527, in‑fo, pour la première de nombreuses rééditions au xvie s.) traduits par le médecin et diplomate arabisant Andrea Alpago (mort à Padoue en 1521) ; mais ce livre ne contient pas la découverte d’Ibn Nafis. On ne peut cependant écarter entièrement la possibilité qu’Alpago l’ait sue et en ait parlé à ses collègues de Padoue, desquels Colombo (né vers 1510) l’aurait apprise quelques années plus tard.

Dans son article intitulé Ibn an-Nafîs, premier découvreur de la circulation pulmonaire (La Revue du Praticien, 2007, vol. 57, pages 110‑113), Danielle Jacquart a fourni une traduction du fragment le plus significatif de son manuscrit, qui ressemble fort à ce qu’a écrit Servet en 1553 :

« Une fois que le sang a été raffiné dans cette cavité, {a} il doit nécessairement passer dans la cavité gauche du cœur, là où se forme le souffle vital. Or, il n’y a pas de passage entre ces deux cavités, car la substance du cœur en cet endroit est compacte, ne comportant ni de passage comme on le croyait communément, ni de passage inapparent qui permettrait le passage du sang comme l’a imaginé Galien. Les pores du cœur en cet endroit sont fermés et la substance du cœur épaisse. Aussi, une fois raffiné, le sang doit nécessairement passer de la veine artérieuse au poumon pour se répandre dans sa masse, se mélanger à l’air, purifier sa partie la plus fine puis pénétrer dans l’artère veineuse qui l’amène à la cavité gauche du cœur. Ce sang mélangé à l’air est devenu apte à engendrer le souffle vital. »


  1. Le ventricule droit du cœur.

On ignore toujours qui, de Colombo ou Servet, a transmis la petite circulation à l’autre ; et, comme c’est plausible pour Servet, s’ils ont eu connaissance de ce qu’Ibn Nafis avait écrit au xiiie s. sur le sujet.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Annexe : Procès opposant Jean Chartier à Guy Patin en juillet 1653, note 49.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8007&cln=49

(Consulté le 16/06/2024)

Licence Creative Commons