À Charles Spon, le 17 novembre 1662, note 18.
Note [18]

Les éditions antérieures (Bulderen et Reveillé-Parise), qui ont beaucoup remanié cette lettre, y ont ajouté ici cet amusant passage :

« On dit que M. de Roquelaure a proposé de beaux moyens pour envoyer une grande armée en Italie, savoir que M. de Liancourt fournira 20 000 jansénistes, M. de Turenne 20 000 huguenots, et lui, fournira 10 000 athées : voilà 50 000 hommes qui n’épargneraient point le pape ; vous voyez comme dans l’affliction publique les courtisans ne laissent pas de railler. »

Cette insertion est plausible puisque le duc de Roquelaure (v. note [34], lettre 524) était réputé pour ses mots d’esprits, mais c’est un lambeau que les transcripteurs ont extrait d’une autre lettre qu’ils ont irrémédiablement dépecée. Toutes les allusions à Rome et au pape (Alexandre vii) avaient ici trait à l’affaire des gardes corses (v. note [1], lettre 735).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 17 novembre 1662, note 18.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0736&cln=18

(Consulté le 29/02/2024)

Licence Creative Commons