À Charles Spon, le 16 juillet 1658, note 2.
Note [2]

Il n’y eut pas de second tome du :

Simplicii Commentarius in Enchiridon Epicteti, ex Libris veteribus emendatus. Cum versione Hieronymi Wolfii, et Cl. Salmasii animadversionibus et notis quibus Philosophia Stoica passim explicatur et illustratur…

[Commentaire de Simplicius {a} sur l’Enchiridion d’Épictète, {b} corrigé à partir des vieilles éditions. Avec la traduction de Hieronymus Wolfius, et les remarques et notes de Cl. Saumaise, qui explique et illustre extensivement la philosophie stoïque…]. {c}

Parurent bien plus tard, dans la même veine, les :

Epicteti Manuale et Sententiæ. Quibus accedunt Tabula Cebetis et alia affinis argumenti, in linguam Latinam conversa a Marco Meibomio. Subiiciuntur eiusdem notæ, emendationes Claudii Salmasii in Epictetum, notæ illorum et alius viri docti in dissertationes Epicteti ab Arriano digestas, et varians scriptura codicum exaratorum, cura Hadriani Relandi.

[Manuel et pensées d’Épictète, avec le Tableau de Cébès {d} et autres textes de propos similaire, traduits en latin par Marcus Meibomius. {e} S’y ajoutent ses notes, les corrections de Saumaise sur Épictète, avec leurs remarques et d’un autre savant auteurs sur les dissertations d’Épictète recueillies par Arrien, {b} et la réécriture par les soins d’Hadrian Reland, {f} de manuscrits qui ont été découverts]. {g}


  1. Simplicius (Simplice de Cilicie) est un philosophe grec néoplatonicien du vie s., commentateur d’Aristote et d’Épictète. Peut-être a-t-il inspiré à Claude i Saumaise le pseudonyme de Simplicius Verinus, qu’il a employé ailleurs.

  2. V. note [42], lettre 286, pour Arrien qui, outre son Anabase sur l’histoire d’Alexandre le Grand, a laissé cet Enchiridion [Manuel] et des Entretiens sur la philosophie de son maître Épictète, philosophe stoïque grec natif de Phrygie (50-vers 130), dont il ne reste aucun autre témoignage direct.

  3. Leyde, Iohannes Maire, 1640, in‑4o en deux parties de 332 pages (textes grec et latin juxtalinéaires) et 329 pages (notes et commentaires de Saumaise).

  4. Titre d’un dialogue grec sur la signification d’un tableau peint, attribué à Cébès de Thèbes, élève de Platon.

  5. V. note [5], lettre latine 474.

  6. Philologue hollandais (1676-1718).

  7. Utrecht, Gulielmus Broedelet, 1711, in‑4o, grec et latin, en trois parties de 151, 124 et 152 pages.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 16 juillet 1658, note 2.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0530&cln=2

(Consulté le 28/02/2024)

Licence Creative Commons