À Charles Spon, le 21 septembre 1666
Note [2]

« experte en voluptés ». L’expression n’est pas de Pétrone, mais de Tacite au sujet de Pétrone (Annales, livre xvi, chapitre xviii) :

Nam illi dies per somnum, nox officiis et oblectamentis vitæ transigebatur ; utque alios industria, ita hunc ignavia ad famam protulerat, habebaturque non ganeo et profligator, ut plerique sua haurientium, sed erudito luxu.

[Il consacrait le jour à dormir, la nuit aux devoirs et aux plaisirs de la vie ; de même que d’autres avaient été connus pour leur activité, lui l’était pour sa paresse ; mais il n’était pas considéré comme un pilier de cabaret et un prodigue comme la plupart de ceux qui dévorent la fortune, plutôt comme un expert en voluptés]. {a}


  1. On pourrait aussi traduire erudito luxu par « libertin érudit ».

Fondée au xiie s., l’abbaye Saint-Victor était située dans le faubourg de même nom (v. note [4], lettre 60), sur le terrain aujourd’hui occupé par la Faculté Jussieu (ve arrondissement de Paris). Elle accueillait des chanoines réguliers de Saint-Augustin, formant une congrégation distincte de leurs confrères de Sainte-Geneviève (génovéfains proprement dits, v. note [42], lettre 324). Son École avait été, avec celle de la cathédrale Notre-Dame, à l’origine de l’Université de Paris. Ses bâtiments ont été rasés au cours du Premier Empire.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 21 septembre 1666. Note 2

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0877&cln=2

(Consulté le 26.01.2020)

Licence Creative Commons