À Johann Caspar Fausius, le 10 novembre 1666
Note [2]

Guy Patin venait de dresser une impressionnante liste (de quelques-unes) de ses connaissances lui permettant de correspondre avec l’Allemagne :

  • M. Anglis, gentilhomme écossais (de prénom inconnu, v. infra note [3]) qui devait alors avoir des accointances à Sedan ;

  • M. Chenaure, marchand de Bâle (de prénom inconnu, v. note [8], lettre 1026), dont on apprend ici qu’il était le beau-père de Johannes Rodolphus Burcardus, médecin de cette même ville ;

  • Samuel ii Du Clos, médecin de Metz ;

  • Johann Hermann Widerholdt, libraire-imprimeur de Genève (v. note [9], lettre 381) ;

  • Sebastian Scheffer, médecin de Francfort ;

  • Ezechiel Spanheim (v. note [8], lettre latine 371), diplomate au service de l’électeur palatin, qui partageait avec Charles Patin la passion de la numismatique.

Johann Caspar Fausius n’avait décidément aucune excuse pour ne pas expédier promptement à Patin le paquet de thèses qu’il lui avait promis.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johann Caspar Fausius, le 10 novembre 1666. Note 2

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1447&cln=2

(Consulté le 03.12.2022)

Licence Creative Commons