De Marten Schoock, le 12 août 1656, note 2.
Note [2]

En peinant (disait-il) à convaincre les libraires de les imprimer, ces neuf livres dont Marten Schoock attendait alors la parution à Groningue étaient :

  1. Exercitationes sacræ unde-viginti, quibus excutiuntur non modo varii conscientiæ casus, quam multa Scripturæ loca partim explicantur plenius, partim obiter illustrantur,

    [Dix-neuf Essais sacrés où divers cas de conscience sont examinés, et où aussi beaucoup de passages des Écritures sont soit pleinement expliqués, soit partiellement éclairés] ; {a}


    1. Heinrich Lussinck, 1657, in‑8o, v. note [1], lettre latine 263, pour la seconde édition (1663) revue et augmentée.

  2. Collegium Logicum, compendiose non minus exhibens præcepta et controversias logicas, quam utrorumque praxin,

    [Collège logique résumant les préceptes et controverses logiques, et aussi les preuves tirées des deux droits] ; {a}


    1. Veuve d’Ezardus Agricola, 1658, in‑8o, thèse présidée par Schoock.

  3. Tractatus de Anima Belluarum, variis disputationibus propositus in Academia Groningæ et Ommelandiæ : Quo non modo belluis anima sensitiva, velut forma propria vindicatur, verum accurate quoque inquiritur tum in illarum vocem, tum intellectum, et voluntatem analogicam : Addita brevi diatriba de origine et interitu animæ belluinæ,

    [Traité sur l’Âme des bêtes, sujet débattu en diverses thèses de l’Université de Groningue et des Ommelanden : où une âme sensible est revendiquée, comme une forme propre, pour les bêtes, et aussi soigneusement recherchée tant dans les sons qu’elles émettent que dans leur intelligence et volonté analogique ; {a} avec une brève diatribe sur la naissance et la mort de l’âme bestiale] ; {b}


    1. S’exerçant par analogies.

    2. Henricus Lussinck, 1658, in‑4o.

  4. Tractatus de Turffis, ceu cespitibus bituminosis : Quo multa, ab aliis hactenus aut neglecta, aut minus diligenter examinata, accuratius aliquanto excutiuntur,

    [Traité des Tourbes, ou mottes bitumineuses, où sont très soigneusement examinées bien des choses que d’autres ont jusqu’ici négligées ou plus superficiellement explorées] ;


    1. Johannes Cöllenius, 1658, in‑12 ; Charles Patin allait s’en inspirer largement pour rédiger son propre traité sur le sujet (Paris, 1663, v. note [12], lettre 748.

  5. Exercitatio Academica de Aversatione Casei. Qua accurate expenditur vexatum illud problema : Cur plurimi homines caseum, ut cibum, non modo aversentur, verum parum quin execrentur ?

    [Thèse sur l’Aversion pour le fromage, où est pesée avec soin cette question fort disputée : Pourquoi de nombreuses personnes répugnent-elles à manger du fromage, et vont-elles même jusqu’à l’exécrer ?] ; {a}


    1. Henricus Lussinck, 1658, in‑8o : traité où Schoock avance que cette aversion (idiosyncrasie, v. note [7], lettre latine 7) de certains vient de ce que leur nourrice était tombée enceinte pendant qu’elle les allaitait, ce qui a fait que son lait avait tourné en fromage.

  6. Tractatus de Præcisitate vera oppositus pseudo-præcisismo pro vindiciis genuinæ praxios Pietatis,

    [Traité sur le véritable « Précisisme », {a} opposé au « pseudo-précisisme » pour défendre la pratique authentique de la piété], ; {b}


    1. Néologisme latin, créé par Gisbertus Voetius, præcisitas (« précisisme » ou rigorisme, v. note [10] de la lettre de Christiaen Utenbogard, datée du 21 août 1656) : Schoock y consacre les deux premiers chapitres de son traité, avec cette définition, perfectio extensiva et intensiva pietatis, à fidelibus ex præscripto legis divinæ intenta [perfection extensive et intensive de la piété, à laquelle les fidèles s’appliquent selon la prescription de la loi divine] ; soit une forme de rigorisme religieux ou de puritanisme. Le « pseudo-précisisme » est assimilable au pharisaïsme (hypocrisie, v. note [14], lettre 83).

    2. Henricus Lussinck, 1658, in‑8o.

  7. Disquisitio Physica de Signaturis Fœtus, in qua multi rari casus, et proponuntur er examinantur,

    [Recherche physique sur les Signatures du fœtus, où de nombreux cas rares en sont présentés et examinés] ; {a}


    1. 1659, v. note [2], lettre 719, 9e référence citée.

  8. Fabula Hamelensis, sive disquisitio historica, qua ostenditur fabulis accenseri debere, quod refertur de infausto exitu puerorum Hamelensium, qui inciderit in annum a Christo nato mcclxxxii. Præmissa est dissertatio generalis de judicio circa historicas narrationes instituendo : atque in examine fabulæ, distincte respondetur D.M. Samuelis Erich libello, qui inscribitur Exodus Hamelensis,

    [La Fable {a} de Hamelin, ou examen historique montrant qu’on doit tenir pour un conte ce qu’on colporte sur la funeste disparition des enfants de Hamelin, qui s’est produite en 1282. Avec, au début, une dissertation générale au sujet du jugement qu’on doit porter sur les relations historiques ; et en examinant la fable, le petit livre de M. Samuel Erich intitulé l’Exode de Hamelin {b} y reçoit une réponse complète] ; {c}


    1. Dite du joueur de flûte.

    2. Hanovre, Georg Friedr. Grimm, 1655, in‑8o, entièrement en allemand, sauf le titre abrégé latin. Samuel Erich, écrivain et pasteur allemand mort en 1682, défendait l’authenticité de la fable.

    3. Franciscus Bronchorstius, 1659, in‑12.

  9. Diatriba de Jure naturali, ejus naturam non modo explicans : Sed ordine quoque exhibens capita, ad illud pertinentia. Proposita in Academia Groningæ et Omlandiæ,

    [Diatribe sur le Droit naturel, expliquant sa nature et présentant aussi les chapitres qui le concernent. Proposée en l’Université de Groningue et des Ommelanden]. {a}


    1. Johannes Cöllenius, 1659, in‑4o, contenant deux thèses sur le sujet.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – De Marten Schoock, le 12 août 1656, note 2.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=9064&cln=2

(Consulté le 25/02/2024)

Licence Creative Commons