À Charles Spon, le 2 mars 1643
Note [20]

Paolo Gualdo (v. note [6], lettre 1024) : Vita Ioannis Vincentii Pinelli, patricii Genuensis…, in qua studiosis bonarum artium, proponitur typus viri probi et eruditi [Vie de Giovanni Vincenzo Pinelli, noble Génois…, en laquelle l’image d’un homme probe et savant est présentée à ceux qui ont du goût pour les bons arts] (Augsbourg, 1607, Christophorus Mangus, in‑4o).

Giovanni Vincenzo Pinelli (Naples 1535-Padoue 1601), fils d’un riche négociant, étudia, outre les mathématiques, la médecine, la jurisprudence, la philosophie, la littérature, la musique, les langues anciennes, l’hébreu, le français et l’espagnol. Il fonda dans sa ville natale un jardin botanique, puis alla vers 1558 se fixer à Padoue. Il y fit de sa maison une sorte d’académie fréquentée par tout ce qu’il y avait d’hommes distingués dans cette ville. Pinelli consacra une partie de sa fortune à protéger les artistes et les lettrés, à former une magnifique bibliothèque, un cabinet d’antiquités et de médailles, une collection d’instruments de musique, de physique, de métaux, de dessins, etc. On n’a de lui que des lettres publiées dans divers recueils et des notes sur les Chronica d’Andrea Dandolo, doge de Venise au xive s. (G.D.U. xixe s.).

Augsbourg est une « ville d’Allemagne dans la Souabe, au confluent du Lech et du Wertach, sur les confins de la Bavière. C’est aujourd’hui une des plus belles et des plus considérables villes d’Allemagne ; ville libre et impériale. L’évêque et le magistrat d’Augsbourg ont place aux diètes de l’Empire. La Confession d’Augsbourg, Confessio Augustana, sont les articles de la croyance que les luthériens d’Allemagne, appelés de là confessionistes, présentèrent à Charles v le 8 avril 1530 dans Augsbourg » (Trévoux). Son nom latin était Augusta Vindelicorum [Augusta des Vindéliciens, ancienne dénomination des Bavarois)].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 2 mars 1643. Note 20

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0077&cln=20

(Consulté le 15.11.2019)

Licence Creative Commons