À Charles Spon, le 26 juillet 1650
Note [20]

Sir Kenelm Digby : Observations upon Religio medici ; a true and full copy of that which was most imperfectly and surreptitious by printed before under the name of Religio medici [Observations sur le Religio medici (Religion d’un médecin) ; une copie authentique et complète de ce qui a auparavant été imprimé de manière tout à fait imparfaite et clandestine sous le nom de Religio medici] (sans lieu, A. Crooke, 1643, in‑8o).

La Religion d’un médecin de Thomas Browne (v. note [26], lettre 113) avait paru la première fois à Londres en 1642 à l’insu de son auteur, qui en fit aussitôt publier une autre, l’année suivante. Le livre suscita un grand scandale en raison de ses propos antireligieux et trop souvent contraires à l’orthodoxie. Il fut mis à l’index en 1644, et l’expression Religio medici servit jusqu’à la fin de l’âge classique à désigner l’absence de religion. Bayle appréciait l’ouvrage, notamment en raison de la tolérance affichée par Browne qui acceptait les professions de foi de toutes les Églises et admettait plusieurs voies au salut, en faisant de l’hérésie une fatalité historique contre laquelle il n’y avait pas à lutter.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 26 juillet 1650. Note 20

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0237&cln=20

(Consulté le 03.12.2020)

Licence Creative Commons