À Charles Spon, le 24 mai 1658
Note [21]

« vous qui êtes omniscient ».

Panépistémon est le titre d’un célèbre livre d’Ange Politien, ; {a} mais Épistémon est le nom du précepteur de Pantagruel, omniprésent dans l’œuvre de Rabelais (Pantagruel, Tiers, Quart et Cinquième livres) aux côtés de son maître et de leur ami Panurge. {b}


  1. La Angeli Politiani Prælectio, cui titulus Panepistemon [Leçon d’Ange Politien {i} intitulée l’Omniscient] a été imprimée pour la première fois en 1491. Elle figure aux pages 462‑473 des Opera, quæ quidem extitere hactenus, omnia… [Toutes ses œuvres qu’on sait exister à ce jour…]. {ii}

    C’est une courte, mais ambitueuse et novatrice description de tous les savoirs humains, fondée sur la philologie, tenue pour leur socle. Il y rejette catégoriquement tous les arts divinatoires, mais honore la médecine de ce paragraphe étymologique (page 463), qui donne une idée de l’ensemble :

    Naturalis aiunt philosophiæ quasi alumna pars medicina est, quam Theophilus græcus autor in theoricen practicenque dividit : theoricenque rursus in naturæ causarum signorumque rationes, hoc est, physiologicon, ætiologicon, simioticon. Item physiologicon in elementa, humores, complexus, particulas, potestates, officia. Sic ætiologicon in causas prævertentes, prævias, continentes, quæ procatarctica, proegumena, synectica vocat. Simioticon rursus in præsentium discerniculum, futurorum præsagium, præteritorum memoriam. Practicen denuo salubrium dicit esse, et eorum quæ curam desiderent, alterumque hygijnon, alterum therapeuticon appellat. Quod quoniam in victu, medicamentis, manusque sit, nunc diæteticon, nunc pharmaceuticon, nunc chirurgicon. Quod aiunt victu curat, id aut senectutem gubernat, et gerocomicon, aut defectos reficit, et analepticon, aut noxam præcavet, et prophylacticon appellatur. Medico autem veterinarij sequuntur, quos hippiatros Græci vocant, hisdem quibus medici vestigijs ingredientes, quamvis alij quidam morbi sint in iumentis.

    [La médecine est, dit-on, comme une sœur de la philosophie naturelle, que Théophile, auteur grec, {iii} sépare en théorique et en pratique. Il subdivise la théorique en examen des causes et des signes des phénomènes naturels, c’est-à-dire physiologique, étiologique et sémiologique : la physiologie concerne les structures, les humeurs, leurs liens entre elles, leurs petites parties, pouvoirs, fonctions ; l’étiologie, les causes externes, prédiposantes et intrinséques, qu’il appelle procatarctiques, proégumènes et synectiques ; {iv} la sémiologie, le discernement des faits présents, la prévision des faits futurs et la réminiscence des faits passé. Il dit ensuite que la pratique vise à préserver la santé et à procurer des soins à ceux qui en ont besoin, en appelant l’une hygiène et l’autre thérapeutique ; la diététique, la pharmacie et la chirurgie s’intéressent respectivement à l’alimentation, aux médicaments et aux actes manuels. À la suite des médecins viennent les vétérinaires, qui marchent sur les mêmes traces qu’eux et que les Grecs appellent hippiatres, {v} bien que cetaines maladies soient particulières aux bêtes de somme ou de trait].

    1. Mort en 1494, v. note [7], lettre 855.

    2. Bâle, Nicolaus Episcopius, 1553, in‑fo de 665 pages.

    3. Theophilus Antecessor (Théophile le Précurseur), juriste byzantin du vie s., dont Politien a traduit en latin et commenté les Institutiones (v. notule {b}, note [19] du Borboniana 3 manuscrit).

    4. Ces hellénismes oubliés (que la phrase de Politien explique) sont définis par les anciens dictionnaires français savants.

    5. V. notes  [14], lettre de Thomas Bartholin datée du 18 octobre 1662, pour Végèce, auteur du premier traité de médecine vétérinaire au iveve s., et [24] des Deux Vies latines de Jean Héroard pour l’hippiatrie.

  2. V. note [4], lettre 132.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 24 mai 1658. Note 21

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0527&cln=21

(Consulté le 02.12.2022)

Licence Creative Commons