Autres écrits : Leçons de Guy Patin au Collège de France (2) : sur la Manne
Note [25]

V. note [9], lettre 238, pour le « Lexique philologique étymologique et sacré » de Matthias Martini (Brême, 1623, première de plusieurs éditions). L’entrée sur la manne en ajoute d’autres variétés polonaises :

Manna autem Polonicum, etiamsi ex foliis herbarum aut arborum enasci aut crescere videatur, tamen 1. cum ex foliis divelli aut dejici facile queat, 2. cum nullum semen habeat, aut alio deferri plantarique possit ; ex rore gigni Poloni certo affirmant ; sed medicamenti nullum habet usum, sed tantum alimentnti ; vocatur die Schwaden. Ante annos vero paucos Poloni aliud etiam preciosius et dulcius mannæ genus invenerunt, quod ruri prostratum subtile est ac saccaro simile, quod butyro modicoque saccaro decoctum, cum Italorum delicatissimis ferculis et jusculis certare facile potest. Est etiam aliud manna rusticorum, der Mehldaw, quod potius vitium roris est, et ex putrefacto crassoque rore in frugibus nascitur, instarque telæ araneæ frugibus adhæret, intra quam telam generatur vermiculus noxius et perniciosus frugibus et arboribus ; et sic per antiphrasin dicitur Rusticorum manna.

[Il existe encore une manne polonaise. Elle semble venir sur les feuilles des plantes et des arbres, ou y pousser, mais 1. parce qu’on l’en enlève et arrache facilement, et 2. parce qu’elle n’a pas de graine et ne peut être transplantée ailleurs, les Polonais affirment avec assurance qu’elle provient de la rosée. Ils ne l’utilisent pas comme médicament, mais seulement comme aliment et l’appellent die Schwaden. {a} Il y a quelques années, les Polonais ont trouvé une autre sorte de manne, qui est encore plus douce et précieuse ; tombée à terre dans la campagne, elle est fine et semblable au sucre ; cuite avec du beurre et un peu de sucre, elle peut aisément rivaliser avec les mets et les bouillons les plus délicats d’Italie. Il y a en outre une manne des paysans, der Mehldaw, {b} qui est plutôt une perversion de la rosée : elle apparaît dans les fruits par pourrissement et épaississement de leur humidité, et y adhère comme une toile d’araignée ; un petit ver, nuisible et pernicieux pour les fruits et les arbres, y prend naissance ; on lui donne ironiquement le nom de manne des paysans].


  1. La brume.

  2. Mehl est la farine en allemand, mais je n’ai pas trouvé le sens de daw.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Leçons de Guy Patin au Collège de France (2) : sur la Manne. Note 25

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8130&cln=25

(Consulté le 04.12.2020)

Licence Creative Commons