À Charles Spon, le 4 novembre 1650, note 28.
Note [28]

« et avec un index complet » :

T. Petroni Arbitri E.R. Satiricon. Extrema editio ex Musæo D. Iosephi Antonii Gonsali de Salas.

[Le Satyricon de Pétrone, l’Arbitre des élégances, chevalier romain. {a} Dernière édition tirée du cabinet de José Antonio González de Salas]. {b}


  1. V. note [14], lettre 41.

  2. Francfort, Wolfgangus Hofmannus, 1629, in‑4o. Les commentaires de González de Salas sont suivis de plusieurs annexes :

    • Gasparis Scioppii Franci Symbola critica in T. Petroni Abitrii Satiricon, scripta anno m. dc. iv. [Contributions critiques de Caspar Scioppius, Germain, {i} sur le Satiricon de Pétrone l’Arbitre, écrits en 1604] (pages 445‑462) ;

    • quatre index, dont le plus volumineux (64 pages) reprend toutes les locutions employées dans le roman, intitulé,

      Siren Latina, sive Suada Petroniana : hoc est, omnium purissimarum Vocum T. Petroni Arbitri Satirici promptuarium : ex Musæo Don. Iosephi Antonii Gonsalii de Salas, E.H.

      [Sirène latine, {ii} ou Suada {iii} pétronienne : magasin de toutes les expressions les plus pures du satiriste Pétrone l’Arbitre, tiré du cabinet de José Antonio González de Salas].

      1. V. note [14], lettre 79.

      2. V. notule {b‑vi}, note [2], triade 1 du Borboniana 11 manuscrit.

      3. V. note [7], lettre 33, pour Suada, déesse romaine de la persuasion.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 4 novembre 1650, note 28.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0248&cln=28

(Consulté le 05/03/2024)

Licence Creative Commons