À Charles Spon, le 17 juillet 1668
Note [3]

V. note [5], lettre 583, pour le surnom de petite paroisse que Guy Patin donnait à la Religion réformée.

Louis Le Vasseur, natif de Paris, docteur en médecine de Montpellier en 1658, combattait les opinions de Sylvius de Le Boë (v. note [13], lettre 759) sur l’acidité du suc pancréatique. Il avait alors publié un ouvrage intitulé De Sylviano humore triumphali epistolæ ad Petrum Augustum Rumphium [Lettres à Pierre Auguste Rumph sur l’humeur triomphale de Sylvius] (Leyde, 1663, in‑12o ; Paris, Robert de Ninville, 1668, in‑12o) (Éloy).

Son homonyme, Claude Le Vasseur, natif de Paris, avait été reçu docteur régent de la Faculté de médecine de Paris en 1638 (Baron). Dans les commentaires portant sur la seconde année de son décanat (1683-1684, Comment. F.M.P., tome xvi, fo 275 ro), le doyen Bertin Dieuxivoye a consigné la mort de Le Vasseur survenue en 1684, sans indiquer le jour, mais avec cette mention : Nosocomii fratrum Charitatis medicus plurimis annis fuit [Durant de nombreuses années, il a été médecin de l’hôpital des frères de la Charité (v. note [4], lettre latine 71)].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 17 juillet 1668. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0935&cln=3

(Consulté le 08.08.2020)

Licence Creative Commons