À Thomas Bartholin, le 27 juin 1664
Note [3]

« leur sort à tous est entre les mains du Seigneur » (Psaumes, v. note [1], lettre 371).

Olivier Lefèvre d’Ormesson, qui suivait les affaires de très près, n’a pas parlé d’un transfert de Nicolas Fouquet au Palais de justice (la Conciergerie) ; mais il a noté dans son Journal, en date du 25 juin 1664 (tome ii, page 164‑163) :

« J’appris que M. Fouquet, les trois trésoriers de l’Épargne et M. Delorme, {a} avaient été transférés le jour précédent à Moret, {b} en cinq carrosses, avec deux chariots de papiers et de bagage, et qu’ils avaient dîné au Plessis {c} en cinq chambres différentes. »


  1. Les trois trésoriers de l’Épargne étaient Claude Guénégaud (v. note [7], lettre 656), Nicolas Jeannin de Castille (v. note [19], lettre 732) et Macé ii Bertrand de La Bazinière (v. note [6], lettre 519) ; v. notule {a} de la note [6], lettre 715, pour Delorme, commis de Fouquet.

  2. Dans le donjon de Moret-sur-Loing (v. note [38], lettre 279).

  3. Aujourd’hui Le Plessis-Robinson (Hauts-de-Seine).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Thomas Bartholin, le 27 juin 1664. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1335&cln=3

(Consulté le 25.11.2020)

Licence Creative Commons