Autres écrits : Observations de Guy Patin et Charles Guillemeau sur les us et abus des apothicaires (1648) : i
Note [3]

Les « postérieurs grecs » sont les auteurs médicaux grecs tardifs, c’est-à-dire postérieurs à Galien (iie s. de notre ère).

V. notes :

  • [3], lettre de Charles Spon, datée du 21 novembre 1656, pour Actuarius, médecin de Constantinople au Moyen Âge (xiexiiie s.) qui a mentionné le séné (senna) dans le chapitre viii, De purgantibus medicamentis [Les médicaments purgatifs], livre v de sa Methodus medendi [Méthode pour remédier] (Opera [Œuvres], Lyon, Jean de Tournes et Guillaume Gazeau, 1556, in‑8o, page 436) ;

  • [4], lettre de Charles Spon, datée du 21 novembre 1656, pour Aétius d’Amide, médecin de Constantinople au ve s., dont je n’ai pas trouvé la preuve qu’il ait « assez clairement décrit » le séné.

Flavius Arcadius (377-408), premier empereur romain d’Orient, de 395 à sa mort, était le fils aîné de Théodose ier, dit le Grand, dernier empereur romain à régner sur l’Empire unifié (379-395). Flavius Honorius (384-423), frère cadet d’Arcadius, fut le premier empereur romain d’Occident, de 395 à sa mort.

Quitte à tordre la vérité historique, Guy Patin n’admettait que la mort dans l’âme que le séné, son purgatif favori, était bel et bien inventé par les Arabes (v. note [4], lettre 5), et que ni Hippocrate ni Galien ne l’avaient connu.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Observations de Guy Patin et Charles Guillemeau sur les us et abus des apothicaires (1648) : i. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8154&cln=3

(Consulté le 15.11.2019)

Licence Creative Commons