À Charles Spon, le 9 avril 1658
Note [33]

Pierre Bidal d’Asfeld (v. note [35], lettre 237) avait épousé, en 1637, Catherine Bastonneau (1620-1690), fille de Claude Bastonneau, bourgeois de Paris, et de Catherine Langlois. Le couple eut 20 enfants. Robert Bastonneau, le frère de Catherine, eut une brillante carrière de financier sous Colbert (Dessert a, no 22).

Tout cela est corroboré par une minute conservée aux Archives nationales (liasse AN Y3916, page 302, Geneanet), datée du 22 septembre 1645, par-devant Simon Dreux D’Aubray (v. note [7], lettre 180), enregistrant la rupture du contrat d’association entre feu Claude Bastonneau, « vivant, marchand de draps de soie à Paris », et Pierre Bidal, « aussi marchand de draps de soie à Paris, son gendre » (v. note [35], lettre 237). Pour ce contrat, le défunt Bastonneau était représenté par sa veuve, née Catherine Langlois, et parmi les « parents et amis » qui la soutenaient, figurait son cousin Pierre de Janson, « sieur de Cormeilles », accompagné de son gendre, Guy Patin, « docteur en la Faculté de médecine en l’Université de Paris ». Par son épouse, née Jeanne de Janson (dont la grand-mère maternelle était née Jeanne Bastonneau, v. note [9], lettre 10), Patin était donc lointain apparenté de Claude Bastonneau et de son gendre Pierre Bidal.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 9 avril 1658. Note 33

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0523&cln=33

(Consulté le 24.11.2020)

Licence Creative Commons