À Charles Spon, le 17 juillet 1657, note 37.
Note [37]

Guy Patin ne se lassait pas d’évoquer ces deux mésalliances fort décriées :

  • en 1650, contre le gré de Mme d’Aiguillon, celle d’Armand-Jean de Vignerod du Plessis, duc de Richelieu, avec Anne Poussart de Pons de Miossans, veuve de François-Alexandre d’Albret, sieur de Pons et comte de Marennes (v. note [12], lettre 214) ;

  • en 1652, celle de Jean-Baptiste Amador de Vignerod, marquis de Richelieu, avec Anne-Jeanne Baptiste de Beauvais, fille de Mme de Beauvais (Catherine-Henriette Bellier), dite la Catau (v. note [15], lettre 363).

V. note [14], lettre 214, pour leur frère benjamin, Emmanuel-Joseph, abbé de Richelieu.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 17 juillet 1657, note 37.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0487&cln=37

(Consulté le 26/02/2024)

Licence Creative Commons