À Charles Spon, le 23 octobre 1671
Note [4]

« Les trésors aujourd’hui ne se donnent qu’aux riches » (v. note [23], lettre 822). Nicolas Brayer (v. note [2], lettre 111) n’a pas succédé à Antoine Vallot dans la charge de premier médecin du roi. En novembre 1672, quand la mort de Guy Patin eut plongé sa veuve dans la nécessité, Brayer allait déterminer la Compagnie des docteurs régents à cotiser pour lui servir une rente trimestrielle de 50 livres (v. note [2] de Comment le mariage et la mort de Robert Patin ont causé la ruine de Guy).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 23 octobre 1671. Note 4

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1010&cln=4

(Consulté le 12.05.2021)

Licence Creative Commons