À Christiaen Utenbogard, le 2 juillet 1656, note 4.
Note [4]

Outre quelques lettres imprimées, la très savante Anna Maria van Schurman (v. note [74], lettre 150) avait dû sa réputation à deux livres :

  • Nobiliss. Virginis Annæ Mariæ a Schurman Dissertatio de Ingenii Muliebris ad Doctrinam, et meliores Litteras aptitudine. Accedunt quædam Epistolæ, ejustem Argumenti,

    [Disertation de la très noble demoiselle Anna Maria van Schurman sur l’aptitude de l’esprit féminin à la science et aux belles-lettres. Avec quelques Lettres {a} sur le même sujet] ; {b}

  • Opuscula Hebraica, Græca, Latina, Gallica, prosaica et metrica.

    [Opuscules en hébreu, grec, latin et français, en prose et en vers]. {c}


    1. Lettres d’André Rivet (v. note [25], lettre 79), Adolf Vorst et Andreas Colvius (érudit hollandais, Dordrecht 1594-ibid. 1671) et Jacobus Lydius (théologien hollandais Dordrecht 1610-ibid. 1679), avec les réponses de l’auteur.

    2. Leyde, Elsevier, 1641, in‑8o de 112 pages ; traduit sous le titre de Question célèbre s’il est nécessaire, ou non, que les Filles soient savantes. Agitée de part et d’autre, par Mademoiselle Anne Marie de Schurman Hollandaise, et le Sr André Rivet Poitevin. Le tout mis en français par le Sr Colletet [Guillaume Colletet, v. note [5], lettre latine 12] (Paris, Rolet le Duc, 1646, in‑8o).

    3. Leyde, 1648, v. note [74], lettre 150.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Christiaen Utenbogard, le 2 juillet 1656, note 4.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1082&cln=4

(Consulté le 24/04/2024)

Licence Creative Commons